Une déclaration d’amour à « Orange is the new black »

Une ode à mon coup de cœur de l’année en matière de série télévisée; une série drôle, émouvante et féministe.

OITNB

Est-il possible qu’une série puisse générer chez moi autant d’enthousiasme que la déjà mythique «Breaking Bad»? Eh bien oui. C’est effectivement un flot d’enthousiasme qui m’a envahie lors du visionnage de la première saison de «Orange is the new black», créé par Jenji Kohan.

2

Piper, une jeune femme tendance bobo, va bientôt se marier avec son petit ami Larry. Mais, elle est tardivement rattrapée par son passé qui va la mener en prison. Effectivement, Piper a été plusieurs années en couple avec Alex, une sublime trafiquante de drogue, et a activement participé à ce trafic. Piper est donc incarcérée pour quinze mois. Pas vraiment habituée à ce genre d’univers, l’expérience va être très complexe pour elle.

1

Les raisons de regarder et d’aimer «Orange is the new black» sont nombreuses. Tout d’abord, cette série a l’incroyable capacité, dans un seul et même épisode, de vous faire passer du rire aux larmes, avec ses situations cocasses, mais aussi avec la dureté de l’univers carcéral.

o-ORANGE-IS-THE-NEW-BLACK-facebook1

«Orange is the new black» est également une série éminemment féministe, principalement parce qu’elle s’attache à mettre en scène des femmes «différentes». Elles sont petites, grandes, grosses, maigres, vieilles, jeunes, hétéro, lesbiennes, transgenres, noires, blanches, latinos ou asiatiques. Ainsi, une bonne partie des personnages de la série ne correspond pas aux critères de beauté habituels (même si les producteurs ont tout de même choisi deux très belles femmes pour interpréter les rôles principaux de Piper (Taylor Shilling) et Alex (Laura Prepon), ça reste Hollywood quand même…). De plus, en étant des criminelles, ces femmes s’éloignent totalement de ce qui normalement attendu d’elles par la société. Elles ne sont pas douces, maternelles, responsables ou gentilles. Elles ont fait des erreurs, elles ont tué, volé, trafiqué, arnaqué, consommé, racolé, etc.

o-ORANGE-IS-THE-NEW-BLACK-facebook

Malgré cela, les détenues de «OITNB» ne sont pas des personnages binaires. Rares sont celles qui sont totalement mauvaises ou totalement innocentes. Toutes naviguent entre le noir et le blanc. Certaines ayant atterri en prison par naïveté, par bêtise ou à cause de leurs problèmes psychologiques, alors que d’autres sont là à cause de leur férocité ou de leur avidité. Cette normalité, cette faillibilité, en somme cette humanité débordante, rend les personnages terriblement attachants.

«Orange is the new black» fait également une critique pertinente de la société américaine, de sa justice et de son système carcéral. Elle montre que les personnes qui atterrissent en prison viennent souvent de familles déglinguées et/ou de quartiers défavorisés et que, pour ces personnes, la prison est souvent une voie difficile à éviter. Ceci est parfaitement illustré par le cas d’une détenue qui pourra être libérée pour bonne conduite, mais qui ne restera que quelques jours en liberté avant de retourner en prison, parce que dehors cette dernière n’a personne pour penser à elle, ni pour lui donner un emploi. On constate également à quel point, même dans une prison de basse sécurité, l’emprisonnement nie l’humanité des détenus en les infantilisant et en les empêchant d’avoir des contacts sociaux normaux. Bien sûr, la prison est un lieu de punition, mais on peut se demander, dans le cas des personnes pour qui la réinsertion est possible, si ce type d’incarcération n’est pas une façon de saboter cette possible réinsertion.

Il faut également ajouter que l’on est très loin de la représentation habituelle des détenu-e-s dans les films ou dans les séries télévisées américaines où l’on montre, en général, des prisons de très haute sécurité, peuplées de psychopathes et de chefs de gang.

En résumé, courez voir «Orange is the new black», une série tragi-comique intelligente et absolument indispensable!

Publicités

5 réflexions sur “Une déclaration d’amour à « Orange is the new black »

  1. Tu as tout dis ! Cette série est tout simplement parfaite 😀 Je viens d’ailleurs de participer à un tag à ce sujet, si par hasard ça t’intéresse. En tout cas, j’ai un peu parcouru ton blog et j’adore!

  2. Je suis une amatrice de cette série également, même si j’ai moins apprécié la dernière saison.
    Je trouve que tous les personnages ont une certaine beauté, et pas seulement Laura Prepon ( que je trouvais si belle et « badass » en rousse dans That 70s Show) et Taylor Schilling ( qui n’avait pas autant de notoriété que Laura Prepon avant cette série): Dianne Guerrero qui joue Maritza par exemple ( et que dire de Ruby Rose qui joue Stella dans la saison 4.
    Comme toi, j’aime également la diversité des personnages: on y trouve tout type de femmes.
    C’est bien simple, quand je regarde cette série, je suis comme en immersion, et j’ai l’impression de reprendre mon souffle quand l’épisode est terminé.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s