« La dame de fer », une politique et un film aux pieds d’argile

Découverte de la biopic de Margareth Thatcher, femme politique britannique, à la fois admirée et abhorrée, ayant même donné son nom à un type de libéralisme économique: le thatchérisme.

The-Iron-Lady-poster-001

2

Margaret Thatcher, désormais âgée et atteinte de la maladie d’Alzheimer, retrace son parcours personnel et politique, au travers des apparitions hallucinatoires de Denis, son mari, décédé depuis plusieurs années. De son enfance et adolescence dans une famille d’épiciers jusqu’à son accession au poste de premier ministre du Royaume-Uni, en passant par la guerre des Malouines et les grèves et manifestations qui ont marqué la fin de son parcours, la Dame de fer se remémore chaque instant.

1

Globalement, le film de Phyllida Lloyd permet de passer un moment agréable, tout en aidant le spectateur à réviser son histoire britannique en passant par tous les événements les plus marquants des décennies 1960 à 1980. Conformément à son Oscar, Meryl Streep. propose une prestation mimétique (brushing de fer inclus) et s’efface totalement derrière la personnalité qu’est Margareth Thatcher, née Roberts. On appréciera également le fait que les flashbacks évoquant la vie personnelle et politique de la Dame soient amenés au travers des apparitions envahissantes et parfois taquines de Denis Thatcher, le mari décédé de Margareth. Cela donne une touche légèrement originale au format biopic très codifié et peu innovant.

19863656.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-20111207_011625

Le film montre également bien le sexisme auquel est confrontée Margareth Thatcher lors de ses débuts, un sexisme d’autant plus virulent qu’elle milite pour le parti conservateur, un parti dont le nom parle pour lui-même. D’ailleurs, malgré une politique qui donne à celle qui vous écrit l’envie de faire de Mme Thatcher son réverbère quotidien, on ne peut que rester admiratif devant la ténacité de la Dame.

la_dame_de_fer_4

Mais justement, c’est lorsqu’il s’agit de parler des opinions politiques de Margareth Thatcher que le film pèche. Le thatchérisme se caractérise par une politique économique très libérale, marquée notamment par d’importantes privatisations, la maîtrise du déficit public ainsi que l’affaiblissement des syndicats. Dans ses mémoires, Margareth Thatcher dit (trigger warning: libéralisme pur et dur):

«Je n’ai jamais oublié que l’objectif inavoué du socialisme – municipal ou national – était d’accroître la dépendance. La pauvreté n’était pas seulement le sol nourricier du socialisme: elle en était l’effet délibérément recherchée.»

Malheureusement, le film peine à faire comprendre la pensée politique de la Dame de fer. On nous explique qu’elle est fille de commerçants, attachée à l’indépendance de ceux qui créent leur propre richesse. Mais, c’est une explication bien pauvre pour la naissance d’une pensée politique aussi extrême que celle de Margareth Thatcher. Cette lacune dans l’explication fait qu’il est difficile de comprendre les lois qu’elle souhaite faire passer à la fin de sa carrière, notamment une réforme des impôts extrêmement défavorable pour les pauvres, et qui vont donner lieu à de nombreuses grèves et manifestations. Ces décisions paraissent sortir de nulle part et être une sorte de suicide politique, alors que dans sa pensée, elles sont cohérentes.

694607_backdrop_scale_1280xauto

Comme beaucoup de films traitant de femmes célèbres, le récit s’attache énormément à la vie personnelle de ces dernières, mais peine à approfondir leurs réalisations politiques, artistiques, économiques, etc.

Le test Bechdel:

Le film passe sans problème le test.

En résumé, un biopic (trop) classique, bien interprétée, mais pas le meilleur moyen de comprendre la politique de la Dame de fer. 

Publicités

4 réflexions sur “« La dame de fer », une politique et un film aux pieds d’argile

  1. je ne m’en souviens pas totalement mais j’ai le souvenir d’avoir passé un bon moment. Meryl Streep est impressionnante (comme d’habitude). Comme tu dis, moi qui ne connait pas l’histoire du royaume unis, j’avais un peu l’impression que sa politique se contentait de: ma famille a réussir à survivre grâce à son propre travail, que chacun fasse de même !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s