Pike / Benjamin Whitmer

Découverte du style littéraire neo noir, une réactualisation du roman noir. Trash, sombre, mais addictif.

pike.png

2

La petite ville de Nanticote. Douglas Pike, un ex-truand, vit de petits boulots dans la construction, aidé de son ami Rory qui rêve devenir boxeur professionnel. Un jour, il apprend que sa fille, Sarah, prostituée et junkie a été retrouvée morte à la suite d’une overdose. Il prend alors la charge de sa petite-fille de 12 ans, Wendy, qu’il n’a jamais rencontrée. Intrigué par la mort de sa fille, Pike décide d’enquêter, d’autant plus qu’un flic inquiétant tourne autour de Wendy.

1

Voilà, une lecture à déconseiller aux âmes sensibles. Vous êtes prévenu-e-s, «Pike» de Benjamin Whitmer est un récit sombre et violent, même s’il laisse parfois la place à quelques moments plus doux.

Mais, tout d’abord, il s’agit d’expliquer ce qu’est un roman neo noir. Ce qu’on appelle «roman noir» ou «film noir» sont des œuvres essentiellement américaines qui racontent la face sombre de ce pays. Le «roman noir» traditionnel raconte les politiciens corrompus, les flics véreux, les gangsters et leurs victimes souvent innocentes. Le roman neo noir a un peu près les mêmes personnages, sauf que les gangsters classieux ont été remplacés par une version plus actuelle de dealers et de trafiquants de tout bord.

Dans «Pike», le lecteur est amené à se promener dans les quartiers les plus miteux d’Amérique. Des quartiers où les habitants ont dû céder leur maison à la banque et qui sont devenus, faute d’acheteurs, des repères pour les junkies, les trafiquants et les marginaux. Cette balade n’est pas de tout repos pour le lecteur qui, je l’espère, n’a pas l’habitude d’un univers si miséreux, si noir, si violent.

Mais pourquoi lire «Pike», alors (en dehors du plaisir de s’en prendre plein la tronche)? Tout d’abord, pour ses personnages principaux à la fois détestable et aimable, comme Pike, l’ex-truand avec des gros problèmes de violence, mais qui veut protéger sa petite-fille, et Rory, combattant redoutable mais jeune homme un peu naïf. Ensuite, pour l’enquête prenante mener par Pike. Enfin, pour l’écriture de Benjamin Whitmer qui est très cru, mais toujours magnifiquement juste.

-Alors écoute. J’ai jamais vu personne foutre en l’air sa vie dans les grandes largeurs sans se prendre pour quelqu’un de spécial. Et les trous à rats dans lesquels les types de ce genre se sont enterrés avaient exactement la forme de leurs rêves.

En résumé, un style unique et étonnant, mais pour les lecteurs bien accrochés seulement!

Benjamin Whitmer, Pike (titre original: Pike), Paris: Éditions Gallmeister, 2015, 288 pages. 

Merci aux éditions Gallmeister pour l’envoi sur demande du livre en service presse.

Publicités

2 réflexions sur “Pike / Benjamin Whitmer

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s