« American Sniper », un film de propagande ?

Découverte compliquée du dernier Clint Eastwood, un film de guerre américain, trop américain peut-être.

308555id1i_TheJudge_FinalRated_27x40_1Sheet.indd

synopsis

Après les attentats contre les ambassades américaines en Afrique de 1998, Chris Kyle, un champion de rodéo texan, décide de s’engager dans l’armée américaine pour défendre son pays. Il suit l’entraînement ultra exigeant des SEALs et devient sniper. Durant sa formation, il rencontre Taya, qui deviendra sa femme. Peu après leur mariage, Chris est envoyé en Irak. Ses prouesses en tant que sniper lui valent bientôt d’être surnommé «La Légende». Mais, la brutalité du contexte irakien n’est pas sans conséquences pour Chris.

avis

C’est assez ironique pour un film qui s’appelle «American Sniper» de se faire autant dégommer par la critique. D’autant plus, quand il est réalisé par le mythique, le respecté, l’adulé Clint Eastwood. Sincèrement, j’ai failli ne pas aller le voir. Puis, à la faveur d’un dimanche soir inoccupé, je suis allée voir ce que nous avait combiné ce bon vieux Clint.

La principale critique adressée à «American Sniper», c’est d’être un film qui glorifie le recours à la force armée, de faire de la propagande et de présenter les Irakiens comme des sauvages brutaux et sous-développés.

Reprenons ces critiques une à une. Celle de la glorification de la guerre est selon moi exagérée, car celle-ci est dépeinte comme quelque chose de brutal, de dégueulasse, qui brise les soldats, comme les civils. Même si ce n’est pas explicite, on sent que Clint Eastwood cherche à interroger les politiciens, ceux qui envoient des jeunes hommes au casse-pipe et qui, s’ils ont la chance de rentrer vivants, ne leur proposent pas grand chose pour se guérir de ce qu’ils ont vu et pour reprendre une vie normale.

maxresdefault

Par contre, concernant les accusations de propagande et de présentation essentiellement négative du peuple irakien, difficile de contredire les critiques, même si je ne suis pas certaine que le réalisateur avait vraiment cette intention.

Il faut tout d’abord rappeler qu’«American Sniper» est l’adaptation des mémoires de guerre du vrai Chris Kyle, revenu vivant d’Irak, mais ironiquement tué en 2013 par un ancien soldat atteint de stress post-traumatique. Le film, fidèle à ce format, est donc construit du point de vue du héros et, dans une moindre mesure, du point de vue de son épouse.

maxresdefault (1)

Pour résumer, «American Sniper» est raconté à travers les yeux d’un jeune homme texan, champion de rodéo, venant d’une famille américaine traditionnelle (patrie et famille) et qui a un niveau d’éducation moyen. Si vous me suivez, vous aurez compris que, du point de vue de ce jeune homme, s’engager dans les SEALs, combattre pour son pays et détruire les terroristes est la seule voie possible. C’est un jeune homme simple pour qui l’équation est également simple: j’aime mon pays=je me bats pour lui.

Le problème, c’est que, quand on a un minimum d’esprit critique, ça passe difficilement. Clint Eastwood prend une espèce de posture neutre où rien n’est remis en cause, ni la guerre en Irak, ni la posture très va-t-en-guerre de Chris. C’est relativement étonnant, car Clint Eastwood, malgré le fait qu’il soit un homme de droite, se montre en général plutôt critique quand cela est nécessaire. Peut-être est-ce dû au fait que la réalisation du film a commencé alors que Chris Kyle était encore vivant?

American-Sniper-Sienna-Miller

Mais le plus difficile à encaisser dans «American Sniper», c’est la façon de présenter la population locale qui est, disons-le, puante. Les Irakiens sont tous, du point de vue de Chris, des terroristes prêts à sacrifier leurs enfants. C’est d’autant plus dérangeant, qu’en face, les soldats américains sont présentés comme parfaits et irréprochables (les prisonniers d’Abu Ghraib vous remercient…).

Arrêtons-nous là concernant les problèmes idéologiques du film et parlons de sa forme. Comme pour la plupart des films réalisés par Clint, «American Sniper» a un format très classique. Les acteurs sont bien dirigés (Bradley Cooper est un choix assez étonnant et intéressant pour le rôle principal), le film se regarde sans problème et les scènes de guerre sont haletantes. Mais la représentation du syndrome de stress post-traumatique de Chris Kyle n’est pas très vraisemblable puisque qu’après avoir eu l’air d’un sociopathe à chacun de ses retours de mission, il finit par se redevenir un gentil mari et papa, sans que l’on comprenne vraiment comment.

Le test Bechdel:

Le film ne passe pas le test Bechdel et ce n’est pas étonnant. Le film est un immense autel à la gloire du mâle classique américain: fort, viril, protecteur, patriotique, qui apprend à son fils à chasser et lui dit de protéger sa mère et sa sœur (ces faibles choses…). De plus, le film efface totalement la présence des femmes dans l’armée, car les SEALs sont la seule unité où les femmes n’osent pas servir.

En résumé, c’est difficile de traiter aussi mal un film de Clint Eastwood, mais «American Sniper» montre une facette biaisée et angélique de l’armée américaine. De plus, il est vraiment loin de faire partie des meilleurs films du réalisateur. 

Publicités

7 réflexions sur “« American Sniper », un film de propagande ?

  1. MrJuin vient tout juste de le voir et il a été, entre autres, déconcerté par la forme. ça lui a beaucoup rappelé « Démineurs ». Il a également trouvé que c’était une vision très subjective des choses.
    Personnellement je ne le regarderai pas: j’aime le travail de Clint Eastwood mais le thème ne me parle absolument pas…

  2. Une très bonne analyse, très pertinente. Je suis d’accord avec chacun des points que tu abordes. Au final c’est un film qui se laisse regarder, mais ensuite à la lumière d’une réflexion plus poussée on voit toutes ses faiblesses.
    Et la déshumanisation des Irakiens m’a fait froid dans le dos.

  3. Ton point de vue est très intéressant. American Sniper fait polémique, mais d’un point de vue formel, il n’y a pas grand chose à redire, hyper classique et sans grand parti pris finalement. J’ai aimé la forme, je suis gênée par le fonds. Au moins, Clint aura fait parler les bavards !

    1. C’est clair que le film a suscité de grosses polémiques et des paroles un peu exagérées, comme le fait de dire que ce film est pro-guerre, alors que ce n’est pas le cas…

  4. Tu en parles vraiment très bien et je suis complètement d’accord avec tout ce que tu en dis. Un film vraiment trop patriotique et qui ne remet rien en cause, pas de réflexion… J’ai été déçue.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s