« Play », le film qui met le doigt là où ça fait mal

Découverte d’un film suédois de 2011 plus que surprenant et qui n’hésite pas à bousculer les préjugés des spectateurs.

ruben-ostlund-play

2

Suède, la ville de Göteborg, de nos jours. Un groupe de garçons suédois est victime d’un racket non-violent, mais très astucieux, de la part d’un groupe de garçons immigrés.

1

«Play» est un film découvert par hasard sur ARTE, visionné sans rien en connaître, à part qu’il avait fait beaucoup parler de lui. Et, effectivement, «Play» est un film très désarmant au niveau de la forme, comme au niveau du thème qu’il traite. Vous pouvez donc vous arrêter ici, si vous désirez le voir vierges de toute information, ou lire la suite de cette critique pour être préparé-e-s.

En commençant à visionner «Play», j’ai été vraiment déroutée. Des méchants noirs qui volent des gentils blancs? Je me suis demandée si je n’étais pas tombée sur un film de propagande de je-ne-quel parti d’extrême droite. Puis, je me suis dit que sur ARTE ce n’était pas possible. Donc, j’ai continué et effectivement, ce film se sert des clichés pour servir son propos: démontrer que la société de consommation enferme les humains dans des logiques difficiles à combattre.

Avant de parler réellement du contenu du film, il est important de parler de sa forme très originale. Le film est tourné avec des plans quasiment fixes, souvent assez éloignés des protagonistes. Ce qui donne au spectateur l’impression d’observer de loin des altercations qu’il pourrait voir dans la rue. Cette distance permet une certaine incertitude sur ce qu’il se passe et force à être attentif.

movie_dist275_d932e993c1ce8e2

Passons au fond. Le film montre comment un groupe d’ado d’origine africaine rackette trois jeunes suédois grâce à «l’arnaque du petit frère», un procédé non-violent, mais qui nécessite de se lancer dans un jeu de rôle très poussé. Avec cette histoire tout ce qu’il y a de plus simple, le réalisateur Ruben Östlund va jouer avec les préjugés du spectateur. On est tout d’abord révolté par ce groupe qui s’attaque impunément à ces petits jeunes plutôt naïfs. Puis, on est tout de même assez admiratif de l’ingéniosité du jeu de rôles inventé par les voleurs et on est également un peu agacé par le manque de réaction des jeunes garçons suédois, qui, bien sûr, ont peur, mais qui n’exercent quasiment aucune résistance. Et ainsi de suite! Le film nous fait compatir tour à tour pour l’un ou l’autre des groupes. Ce qui laisse le spectateur un peu désarmé.

Play

En fait, le cas de racket montré par le réalisateur n’est qu’un prétexte pour critiquer le consumérisme et l’individualisme de la société suédoise. Tout d’abord, au cours du film, des adultes sont présents, mais presque toujours inefficaces que ce soit comme éducateurs ou comme protecteurs. Ils ont même parfois le rôle d’agresseur.

Le réalisateur critique également la société de consommation à travers ces enfants à qui l’on donne des sommes énormes pour aller faire du shopping le weekend et à travers ces jeunes défavorisés qui n’ont pas le moyen de consommer comme les autres et qui vont donc se mettre à voler.

Globalement, le film est impressionnant par sa profondeur. De plus, les jeunes acteurs sont tellement naturels que l’on dirait un documentaire. Cependant, ce qui est dérangeant, c’est que ce film peut être facilement mal interprété, car il nécessite une sacrée réflexion pour être compris (en tout cas, il m’a sérieusement fait cogiter…). Une réflexion que tout le monde ne fera pas.

Le test Bechdel:

Le film ne passe pas le test, car il n’y a pas de personnages féminins portant un nom.

En résumé, un film unique, dérangeant, qui ne manquera pas de susciter le débat.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s