Un secret / Philippe Grimbert

Découverte d’un court roman autobiographique particulièrement émouvant, sur fond de 2ème Guerre mondiale et de secret de famille inavouable.

unsecret

2

France de l’après-guerre, le narrateur, un garçonnet chétif, souffre de ne pas être à l’image de ses parents, Tania et Maxime, beaux et athlétiques. Fils unique, l’enfant s’invente un grand frère imaginaire. En grandissant, le garçon détecte des bizarreries dans l’histoire de sa famille: des objets cachés dans le grenier et le placard, un nom de famille modifié, le malaise de ses parents face à tout ce qui touche à la période de la guerre. Dans le flou et comprenant que la vie de ses parents avant sa naissance n’est sûrement pas celle qu’il a imaginé, il se tourne vers Louise, une amie de la famille, qui, malgré la promesse faite à Maxime et Tania, révèle tout à l’enfant.

1

En débutant le roman, on peut éprouver quelques craintes. Effectivement, dès son commencement, on comprend que la famille du narrateur est juive, qu’elle a dû cacher son identité et qu’elle est traumatisée par la guerre et ses horreurs. A ce moment-là, j’ai vraiment espéré que cela ne soit pas ça le secret de la famille, car il aurait été déjà passablement éventé. Mais, rassurez-vous, le vrai secret de ce roman n’est pas les origines juives de la famille, mais un évènement plus intime, entouré de honte et de culpabilité (et donc, je ne viens pas de vous spoiler).

«Un secret» est un roman court, très bien écrit et difficile à lâcher quand on commence à comprendre qu’il y a quelque chose d’autre derrière cette famille, quelque chose de plus inavouable encore. Philippe Grimbert retranscrit à merveille les inquiétudes, les questionnements du petit garçon qu’il a été, ce secret invisible qui pèse sur les épaules trop frêles du narrateur.

On appréciera de ne pas avoir droit à la classique «scène de confrontation» où celui qui a découvert les choses cachées les crache à la figure des dissimulateurs. Non, ici l’enfant, grâce à ce secret révélé, va se libérer de son fardeau et l’utiliser pour se construire, et même, par la suite, pour «guérir» son père.

Adaptation au cinéma:

Le roman de Philippe Grimbert a été adapté au cinéma en 2007 par Claude Miller. Malgré des critiques plutôt positives, la bande-annonce qui semble être celle d’un téléfilm et le casting (l’actrice choisie pour incarner un des personnages principaux ne correspond absolument pas à la description du livre) ne m’ont vraiment pas convaincue, donc j’ai renoncé à le visionner.

En résumé, un très beau témoignage dont les dernières pages donneront quelques frissons d’émotion au lecteur.

Publicités

2 réflexions sur “Un secret / Philippe Grimbert

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s