Le syndrome indigo / Clemens J. Setz

Découverte déroutante de Clemens J. Setz, révélation de l’écriture germanophone que certains qualifient déjà d’enfant prodige.

lesyndromeindigo2
En Autriche, Clemens J. Setz, jeune mathématicien, enseigne dans une école pour les enfants souffrant d’un syndrome très particulier: le syndrome indigo. Ces enfants indigo produisent une sorte de rayonnement qui rend leur proximité insupportable aux autres, causant vertiges, maux de tête, eczéma, etc. Clemens finit par remarquer que des élèves disparaissent de l’école pour une destination inconnue et ne reviennent plus. Le jeune homme commence à poser des questions et se voit remercié par l’institution. Quinze ans plus tard a lieu le procès très médiatisé d’un ancien professeur de mathématiques accusé d’avoir tué un homme qui torturait des animaux.

1

Comme déjà dit plus haut, «Le syndrome indigo» est une lecture très déroutante, vraiment. Tout d’abord, par son style d’écriture, éminemment original et métaphorique, parfois même poétique, comme le montre cet extrait:

«Robert avait la sensation d’avoir bu un sirop épais par les yeux. Pour en diminuer l’ardeur, il fixa une tache anodine sur le mur. Une marque qui n’avait rien à voir avec lui, ni avec le reste de l’humanité».

L’auteur excelle également dans la mise en scène de personnages perdus et torturés et dans la mise en place d’une ambiance malsaine qui vous prend à la gorge dès les premières pages. Jusque-là, rien à redire, c’est du très haut niveau. Malheureusement, en continuant le roman, cela se gâte.

Le problème avec l’écriture de Setz, c’est qu’elle est agréable à lire pendant 100 pages, mais pas pendant durant 458. Surtout quand il s’agit de raconter une histoire complexe qui au lieu de s’éclaircir devient de plus en plus floue. Effectivement, en refermant «Le syndrome indigo» je n’ai eu aucune réponse aux questions que le récit avait nourries chez moi. Rien. Dans six mois, je me rappellerai toujours du style de Clemens J. Setz, mais en aucun cas de l’histoire qu’il a voulu raconter.

Peut-être est-ce volontaire, peut-être que l’auteur cherche plus à faire vivre une expérience à son lecteur, qu’à jouer le rôle de conteur. En raison de ces doutes, il m’est impossible de faire une critique dure de ce roman, qui, il faut bien l’avouer, n’a pas été une sinécure à lire. De plus, les amateurs de science-fiction pourraient être déçus par ce livre, car la construction de l’univers du livre, qui semble se dérouler dans un futur plus ou moins proche,  est assez pauvre et ne permet pas vraiment de bien se figurer à quoi ressemble le monde dans lequel vit Clemens (le personnage s’appelle comme son auteur et vit dans la même ville). Donc, même si le roman est un peu vendu comme un roman de science-fiction, méfiance, c’est plus une sorte d’hybride avec un peu de science-fiction, un peu de psychologie, un peu de thriller, un peu de surréalisme.

En résumé, un roman perturbant qui saura satisfaire les amateurs du genre, mais qui risque d’en dérouter, voire d’en ennuyer plus d’un. 

Clemens J. Setz, Le syndrome indigo (Titre original: Indigo), Paris: Éditions Jacqueline Chambon, 458 pages, 2014. 

Merci aux éditions Jacqueline Chambon pour l’envoi sur demande du livre en service presse.

Publicités

5 réflexions sur “Le syndrome indigo / Clemens J. Setz

  1. bien d’accord avec vous !
    Qu’y a t-il sur la vidéo ?Pourquoi le professeur a t-il dépecé un homme qui torturait des animaux et pourquoi a t-il été relaxé etc…d’ailleurs, j’ai le sentiment que l’auteur lui même n’en a pas la moindre idée et que c’est à nous de mettre nos fantasmes les plus tordus dans ses « blancs », points de suspension et « etc.. »
    Plus de forme que de fond, une belle supercherie…
    Pert de temps !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s