« Présumé coupable », dans l’enfer de l’erreur judiciaire

Critique de «Présumé coupable» (2011), un drame autobiographique narrant la terrible expérience de l’un des accusés d’Outreau.

120x160 Bandidas def.

2
En novembre 2011, l’huissier Alain Marécaux est arrêté comme 13 autres personnes accusées à tort d’actes de pédophilie. L’homme va passer 23 mois en prison et connaître un enfer sans fin.

1

Voilà, une affaire qui a gravement secoué le nord de la France: l’affaire d’Outreau. L’idée ici n’est pas de faire un débat sur cette affaire encore ultra-polémique. D’ailleurs, un documentaire, «Outreau, l’autre vérité», remet totalement en question le traitement de l’affaire (au passage, je signale aux «enragés» de l’affaire d’Outreau que ce n’est pas la peine de me donner des liens vers des blogs complotistes ou obsédés par les pédophiles). Il s’agit plutôt de découvrir le film inspiré de l’expérience d’un des accusés de l’affaire, que les spectateurs ont le droit de considérer comme véridique ou pas.

Réalisé par Vincent Garenq, «Présumé coupable» fait partie de ces films qu’il est difficile de juger d’un point de vue purement cinématographique, tant l’histoire qu’il raconte est révoltante. Le scénario du film est effectivement basé sur le journal tenu en prison par Alain Marécaux (Chronique de mon erreur judiciaire, Flammarion, 2005).

Presume_coupable_1

L’immersion dans cette histoire est violente, difficilement supportable pour le spectateur qui voit cette homme tranquille et bien portant se transformer en mort-vivant squelettique et dépressif. Le spectateur sera également choqué par les négligences policières que subit Alain Marécaux. Ce dernier est effectivement victime de policiers étroits d’esprit qui font toutes sortes de déductions loufoques (vous avez regardé du porno gay, donc vous êtes un pédophile…). Puis, plus tard dans l’instruction, l’homme se retrouve face à un jeune juge, totalement acquis à la cause de la plaignante, ce qui enlisera d’autant plus l’affaire.

19764759.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Il faut rappeler que le film ne quitte à aucun moment le point de vue d’Alain Marécaux dans cette affaire, ce qui fait la force et la faiblesse du film. Effectivement, le point de vue purement personnel d’Alain Marécaux permet au réalisateur Vincent Garenq de ne pas forcément prendre parti et de seulement raconter l’histoire d’un homme écrasé par un système judiciaire défaillant. Cependant, ce n’est pas ce film qui vous permettra de comprendre les méandres et les complexités de l’affaire d’Outreau, vu que ce point de vue individuel n’est jamais abandonné.

A part des couleurs volontairement ternes et froides, la mise en scène de «Présumé coupable» n’a rien de bien particulier. On relèvera, par contre, la performance physique (les variations de poids impressionnantes) et le jeu d’acteur de Philippe Torreton qui incarne son personnage de façon viscérale.

Le test Bechdel:

Entièrement tourné du point de vue d’Alain Marécaux, le film ne passe pas le test.

En résumé, un film à voir pour l’interprétation de Philippe Torreton, mais qui par sa dureté est parfois pénible à regarder. 

La bande-annonce:

challenge-justice-chez-yuko

Publicités

9 réflexions sur “« Présumé coupable », dans l’enfer de l’erreur judiciaire

  1. Ce film m’a beaucoup marquée. J’ai eu la chance de le découvrir en salle en présence de l’avocat d’Alain Marécaux. Je trouve que ce qui ressort bien, c’est la violence ordinaire de la machine judiciaire… Le spectateur est en quelque sorte « embarqué » avec Alain marécaux dans cet enfer. C’est très très bien rendu et effectivement très effrayant !

    1. Oui, ce film est très fort ! En le regardant, je n’arrêtais pas de me dire que c’était vraiment révoltant et que ça pouvais arriver à tout le monde, donc d’autant plus effrayant !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s