« Don Jon », porno, comédie romantique et autres complications

Critique du film « Don Jon », création du nouveau prodige d’Hollywood, l’acteur et réalisateur Joseph Gordon-Levitt. Un talent à suivre !

21058781_20131118171447215

2Son corps, son appartement, sa voiture, sa famille, son église, ses potes, ses copines et son porno. Voilà les quelques choses auxquelles tient Jon Martello, jeune don Juan italo-américain accro au porno. Mais, son univers est mis sans dessus dessous quand il rencontre Barbara, une jeune femme qui a tout pour lui plaire, mais avec qui il n’arrive pas à trouver la même satisfaction qu’avec l’orgie d’images que lui propose le porno.

1Comme pour les nombreuses femmes qu’il met dans son lit, il est difficile pour le spectateur de résister à «Don Jon». Avec sa bande-annonce rythmée et provocante, il est tentant de découvrir les aventures du séduisant jeune homme. Et on aurait tort de ne pas y céder car «Don Jon» est une comédie à la fois drôle et intelligente, ce qui est rare.

hot-funny-joseph-gordon-levitt-gifs-working-out

Effectivement, «Don Jon» est l’illustration parfaite de ce qu’une personne devient quand elle se conforme totalement aux injonctions de féminité (belle, romantique, sexy (mais pas trop salope non plus)) ou de masculinité (fort, séducteur, sexuellement très actif, peu investi émotionnellement, agressif).

Jon Martello est tellement accro à l’adrénaline sexuelle du porno qu’il vit sa vie de manière superficielle et répétitive (le film forme d’ailleurs une sorte de boucle). Mais il n’est pas le seul à vivre dans l’illusion et le cliché. Barbara est également une magnifique illustration de femme-cliché, lobotomisée par les comédies romantiques, sorte de porno émotionnel. En résumé, deux personnages qui ont complètement perdu contact avec la réalité et la beauté des relations amoureuses (malgré leurs imperfections) à force d’essayer de ressembler à des fac-similés d’hommes et de femmes. Leur relation se dirige donc tout naturellement dans le mur, puisqu’elle est pour lui plus un trophée qu’une amante et qu’elle-même est tellement obsédée par ce «qu’est un homme» qu’elle ne tolère pas quand Don déroge au guide du parfait petit macho.don-jon-1

Un bilan pas très positif, sauf que Jon va rencontrer une personne qui, par sa franchise et son empathie, va lui ouvrir les yeux et lui permettre de défaire la boucle dans laquelle il est enfermé.

«Don Jon» est probablement une des meilleures comédies produites ces dernières années (même si c’est clairement une comédie de cinéma indépendant). C’est bien interprété, bien filmé, moderne et pêchu. On ne peut qu’apprécier le talent de Joseph Gordon-Levitt – à la fois acteur, scénariste et réalisateur de ce film -, de Scarlett Johansson, parfaite dans son personnage qui navigue entre la jeune fille romantique et la bombe sexuelle. A noter, la présence de Julianne Moore et de Tony Danza.

don-jon-trailer-hot-joseph-gordon-lewitt

Le test Bechdel:

Malheureusement, «Don Jon» ne passe pas le test Bechdel, même si, grâce à sa façon non conventionnelle de parler des hommes et des femmes, il le mériterait.

En résumé, à voir absolument pour les amateurs de comédies indépendantes, provocantes et intelligentes.

Publicités

6 réflexions sur “« Don Jon », porno, comédie romantique et autres complications

    1. Disons que le film est assez provocant et qu’il y a pas mal de scènes pornographiques (bien sûr elles sont montées de façon à ce qu’on ne voit rien). Mais la réflexion de fond en vaut la peine.

  1. J’ai bcp aimé. C’était perturbant de voir Scarlett si pouffe et JGL si musclé, mais ils arrivent à être à la fois totalement caricaturaux mais subtils… et c’est un exploit !

  2. Je suis complètement passée à côté, j’en avais fait une critique assassine. Mais en y repensant, il faudrait que je le revois car il y avait une certaine intelligence, et je n’ai vraiment pas fait preuve de recul au visionnage !

    1. Ce film a suscité pas mal de réactions très tranchées d’après ce que j’ai pu lire. Après, moi je l’ai vraiment vu avec mon oeil de féministe et j’ai forcément été conquise par la façon qu’à le réalisateur de pointé du doigt cette socialisation genrée qui a tendance à pourrir les relations hommes-femmes, même s’il nous présente deux cas extrêmes…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s