« L’expérience Blocher », chambre avec vue sur un leader populiste

Critique du documentaire événement de Jean-Stéphane Bron sur Christoph Blocher, le leader nationaliste et populiste qui agite la Suisse depuis plus de 20 ans.

experienceblocher-poster-de-fr-it

2
Le réalisateur Jean-Stéphane Bron transforme la voiture du politicien Christoph Blocher en confessionnal lors de ses longs et nombreux voyages à travers la Suisse. Raconté à la première personne par le réalisateur, le documentaire suit le tribun de l’UDC au parlement, dans sa maison de la Goldküste ou encore dans son château sur le Rhin, donnant une vision inédite de l’homme et du politicien.

1

Pour les non-Suisses, la critique de ce film va demander une petite contextualisation, mais ne fuyez pas ! Vu la montée actuelle des partis national-populistes, cet excellent documentaire peut vous intéresser. Christoph Blocher est un des ténors de l’UDC, l’Union démocratique du centre (qui, malgré son nom, est tout ce qu’il y a de plus à droite), un parti complexe qui arrive à conserver sa base agrarienne tout en ayant le soutien des financiers, grâce à un dogme ultralibéral, et en séduisant la classe moyenne inférieure, grâce à sa critique des élites et à ses prises de position xénophobes et nationalistes. Il est également un millionnaire retraité de la chimie zurichoise. Cet homme secoue la Suisse depuis plus de 20 ans avec trois chevaux de bataille: l’anti-européanisme, le nationalisme et la lutte contre «l’invasion étrangère».

l-experience-blocher_c_Frenetic--672x359

«Comment faire le portrait d’un homme dont on ne partage ni les idées, ni les méthodes, ni les convictions?». C’est la question que se pose Jean-Stéphane Bron en introduction de «L’expérience Blocher». Question à laquelle il répond à merveille en évitant deux écueils: le procès politique et la fascination. Le réalisateur propose un portrait du politicien qui semble juste, ni flatteur, ni méprisant. Le documentaire permet d’admirer la maestria en communication du politicien. Mais également de voir les déceptions, les moments de réflexion et de solitude de l’homme, ainsi que sa relation avec son épouse (une aide apparemment précieuse pour le politicien, mais qui semble avoir peu de prise sur sa vie totalement dictée par l’agenda de son mari). Il permet également de toucher du doigt la réalité de cet homme vivant avec ses millions et sa collection de tableaux dans sa villa sur le littoral le plus cher de Suisse et dans son château sur le Rhin, où il donne des réceptions avec chœur d’opéra pour les invités (cette scène est d’ailleurs presque surréaliste et l’on y repère toute la mégalomanie du personnage).

05-lexperience-blocher-voiture-1140x759
Jean-Stéphane Bron, Christoph et Silvia Blocher

Il faut savoir que le documentaire a causé pas mal de remue-ménage en Suisse. Beaucoup ont accusé le réalisateur de faire une publicité gratuite (voire aux frais du contribuable, vu que le documentaire est soutenu par les fonds pour la culture) à Christoph Blocher. Selon moi, c’est tout le contraire. Malgré une forme de neutralité, le reportage n’est pas très flatteur envers le politicien. Il met surtout à mal son image de défenseur du peuple – l’homme est assoiffé de pouvoir et c’est pour cela qu’il fait de la politique – et de pourfendeur des élites; la plupart des élites qu’il critique n’ont pas le quart de ses revenus et de ses privilèges.

On a également reproché au réalisateur une trop grande empathie pour Christoph Blocher. Un reproche infondé. En effet, les tenants de cette critique sont ceux qui veulent absolument voir Christoph Blocher comme un monstre, car il est le reflet d’une Suisse qu’ils ne veulent pas voir, mais qui existe malgré tout. Une Suisse nationaliste, xénophobe, mais surtout totalement apeurée par l’accélération des changements dans le temps et l’espace. On peut bien sûr diaboliser Christoph Blocher, ses idées et ses méthodes nauséabondes, mais cette Suisse existe qu’on le veuille ou non.

expérienceblocher

Au passage, je me permets de suggérer aux personnes ne connaissant pas le travail de Jean-Stéphane Bron de s’y intéresser, car l’homme est à la fois un excellent documentariste («Mais im Bundeshuus – Le génie helvétique» pour comprendre le système politique suisse, Cleveland contre Wall Street, pour comprendre la crise des subprimes) et un bon réalisateur de fiction («Mon frère se marie».

En résumé, «L’expérience Blocher», c’est LE documentaire suisse récent à voir. Inratable pour les passionnés de politique, instructif pour qui veut mieux connaître ce leader politique controversé.

Publicités

3 réflexions sur “« L’expérience Blocher », chambre avec vue sur un leader populiste

  1. Super cette critique! J’avais adoré Mais Im Bundenhuus et suis très curieuse de voir ce doc, en tant que Suissesse expatriée . J’aime beaucoup ton regard sur le travail de Bron. Cela me donne vraiment envie de dénicher le docu! Merci pour ce billet!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s