[Classique du cinéma]: « Holy Smoke » de Jane Campion

Cette fois, on se replonge dans l’année 1999 avec «Holy Smoke» de Jane Campion; un film entre comédie et ciné expérimental.

holy-smoke-aff-01-g

2
Durant un voyage en Inde, Ruth tombe sous le charme d’un gourou. Se sentant spirituellement éveillée, elle décide de ne pas retourner en Australie et de s’investir dans la communauté du gourou. Croyant sa fille droguée ou retenue contre sa volonté, la mère de Ruth se rend en Inde. Quand sa fille refuse de rentrer, elle lui fait croire que son père est gravement malade. Mais, ce n’est qu’une stratégie pour qu’elle rencontre P.J. Waters, un arrogant spécialiste du désenvoûtement. Cependant, Ruth est une patiente bien plus coriace que prévu.

1
Au début du film, on ne peut s’empêcher d’avoir quelques petits doutes. Ok, c’est du Jane Campion (Palme d’or pour «La Leçon de piano», «Top of the Lake»), donc la mise en scène sera parfaite, mais l’histoire semble un peu cousue de fil blanc. L’arrogant désenvoûteur et la jeune mystique vont s’écharper la moitié du film et probablement tomber amoureux dans la deuxième moitié, non ? Et bien, c’est plus compliqué que ça.

normal_holy-smoke_stills_044

Oui, Ruth et P.J. vont bien se houspiller une bonne partie du film et, par la suite, nouer une relation, mais difficile de savoir qui va désenvoûter qui dans cette histoire. Effectivement, P.J. Waters et ses santiags vont tomber sur un os en rencontrant Ruth, car cette jeune femme, malgré ses problèmes identitaires, en a vraiment dans le crâne et va se révéler une manipulatrice hors pair. D’abord totalement hostiles, leurs relations vont devenir complexes, entre sentiments sincères, affrontements et manipulations. Peu à peu, la patiente sortira de son paradis artificiel mystique, mais c’est bien le désenvoûteur qui va finir par se faire envoûter par sa patiente belle, rebelle et passionnée. Ce que cette dernière n’hésitera pas à mettre à profit pour échapper à sa «déprogrammation».

1962-3

Dans «Holy Smoke», Jane Campion mélange la comédie et le cinéma expérimental. On retrouve l’aspect comédie dans tout ce qui sert de décor au film: des personnages loufoques et une gentille moquerie des clichés australiens; le côté ciné expérimental plutôt dans la relation complexe et inhabituelle des deux personnages principaux. «Holy Smoke» bénéficie d’une mise en scène à la fois belle et millimétrée qui sert la beauté des images, comme le côté comique de l’histoire.

Ce film est assez controversé dans la filmographie de Jane Campion. Certains le trouve sans but et extravagant. Mais, l’on ne peut nier que le film offre deux magnifiques rôles à Kate Winslet et Harvey Keitel. Kate Winslet se donne corps et âme dans son rôle de jeune femme déboussolée, mais battante. Son jeu n’est jamais exagéré et est à la hauteur de la crudité de certaines scènes. Elle est touchante, énervante et sensuelle à la fois. De son côté, Harvey Keitel obtient un rôle masculin qu’il fallait oser accepter, car voir cet acteur, plutôt habitué aux rôles très virils, jouer ce désenvoûteur qui pète littéralement une durite et se laisse totalement manipuler par sa patiente est une expérience plutôt inédite, particulièrement dans les scènes finales qui comprennent une robe rouge particulièrement seyante pour Harvey Keitel.

0218061_29911_MC_Tx360

C’est là que l’on retrouve la touche Jane Campion, celle qui fait sauter les clichés des relations hommes-femmes, qui donne à chacun de ses personnages une vraie personnalité avec ses contradictions, ses forces et ses faiblesses.

Le test Bechdel:

Le test Bechdel est réussi pour ce film grâce à un dialogue entre Ruth et sa mère.

En résumé, un film digne de la réalisatrice Jane Campion qui, même s’il déroutera parfois le spectateur, mérite d’être vu juste pour le duo Kate Winslet-Harvey Keitel.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s