L’analphabète qui savait compter / Jonas Jonasson

Critique du dernier livre (et seulement deuxième) de Jonas Jonasson, l’écrivain suédois et loufoque du moment.

analphabete

2

Durant l’apartheid, Nombeko naît à Soweto, un bidonville près de Johannesburg. Malgré la précarité de sa situation, la jeune femme se débrouille plutôt bien grâce à des capacités intellectuelles hors du commun. Au même moment, en Suède, naissent deux jumeaux, les deux prénommés Holger, mais dont l’un n’aura pas d’identité pour servir les velléités anti-monarchistes de leur père. De manière totalement improbable, le destin de Nombeko et d’Holger #2 vont se croiser, ainsi que celui du roi de Suède, du président chinois, de deux agents du Mossad et celui d’une bombe nucléaire.

1

Jonas Jonasson est devenu un phénomène de librairie au pays des punchrulle et de la prinsesstårta avec son premier livre «Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire». Phénomène qui s’est étendu à la francophonie, mais auquel j’ai un peu échappé, vu ma méfiance légendaire envers les auteurs à la mode. Mais, on m’a gentiment offert «L’analphabète qui savait compter» (Merci <3) que je me suis empressée de lire. Au final, une découverte sympathique et inattendue.

Vous l’aurez deviné «L’analphabète qui savait compter» est un récit plus que rocambolesque qui nous emmène de l’Afrique du Sud à la Suède par des chemins peu conventionnels. Mais, c’est aussi une très bonne surprise.

Les auteurs de romans humoristiques semblent parfois utiliser la légèreté de leur littérature comme prétexte pour écrire n’importe quoi. Ici, Jonas Jonasson, même s’il livre un récit totalement invraisemblable et loufoque, semble avoir fait un joli travail de recherches sur la politique internationale de ces 30 dernières années, ce qui fait de ce livre plus qu’un simple roman drôle.

Effectivement, Jonas Jonasson s’évertue à se moquer du racisme et des préjugés, tout en nous abreuvant de savoureuses anecdotes géopolitiques véridiques dans certains cas (peut-être dans tous, mais je ne me suis pas amusée à tout vérifier). Par exemple, Nelson Mandela a effectivement été rayé de la liste des terroristes par George W. Bush en 2008 seulement (tous les membres du parti sud-africain ANC y étaient répertoriés).

Bien sûr, le roman est un peu pauvre au niveau du style et l’histoire traîne un peu en longueur sur la fin avec ses multiples retournements de situations. Mais, si on tient compte de l’objectif du roman qui est apparemment de faire rire (et un peu de faire réfléchir, notamment quand il aborde les préjugés racistes) de manière intelligente, on peut dire que le but est atteint.

En résumé, on ne s’y attend pas, mais ce roman vous fera rire et vous apprendra peut-être même quelques anecdotes géopolitiques. Une lecture-détente très recommandable, en somme. 

L’analphabète qui savait compter (titre original: Analfabeten som kunde räkna), Jonas Jonasson, Paris: éditions Presses de la cité, 2013, 475 pages. 

Publicités

4 réflexions sur “L’analphabète qui savait compter / Jonas Jonasson

  1. Je n’ai pas lu celui-ci, mais j’ai un peu l’impression que la majorité de ta critique pourrait aussi s’appliquer au Vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire (à part la critique du racisme). On a aussi droit à un récit rocambolesque, mais au cours duquel on voit que l’auteur a du faire de nombreuses recherches, pour ne pas écrire totalement n’importe quoi !
    Du coup tu me donnes bien envie de lire celui-là aussi… un jour !

  2. Je crois qu’au premier abord je ne me serais pas arrêté sur le livre juste en regardant le titre mais ce que tu en dis m’intrigue, donc peut-être à essayer s’il passe entre mes mains 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s