« Et puis Paulette » et « Tom, petit Tom, tout petit homme, Tom » / Barbara Constantine

Chronique commune pour deux livres d’une auteure à la mode, Barbara Constantine, responsable de quelques succès de librairie ces dernières années.

Les livres de Barbara Constantine sont vantés pour leur positivité et leur ode à la solidarité. Des feel good books, quoi ! Me suis-je sentie heureuse et ravigotée après leur lecture ?

90476997_o

«Et puis, Paulette…»

Synopsis:

Ferdinand vit seul dans sa ferme depuis le départ de son fils, de sa belle-fille et de leurs deux enfants. Peu heureux de cette situation, il y semble tout de même résigné. Un jour, il découvre que sa voisine Marceline vit dans une maison quasi en ruine. Il l’invite alors le temps des réparations avec sa chienne, son chat et son âne. Cet accueil sera le premier d’une longue série puisque va s’ajouter à la colocation, un ami de Ferdinand, deux vieilles dames du village, deux étudiants fauchés et puis Paulette…

La critique:

Alors oui, l’histoire d’«Et puis, Paulette…» est absolument adorable et ces petits vieux sont carrément sympathiques avec leur plan «Solidarvioc». Mais, ce n’est franchement pas suffisant. Barbara Constantine aborde des thèmes intéressants, mais avec une superficialité déconcertante. La solidarité intergénérationnelle, le deuil et l’enfant non-désiré, des sujets durs et complexes, sont abordés et classés en quelques pages. Puis, il faut avouer que leur colocation est un peu trop belle pour être vraie: tout le monde trouve instantanément son rôle dans la cohabitation et il n’y a quasiment pas de tensions, de disputes, etc. Barbara Constantine a-t’elle déjà mis les pieds dans une vraie colocation ? J’ai des doutes…

De plus, son livre pèche par la comparaison qui se fait automatiquement avec «Ensemble, c’est tout» d’Anna Gavalda qui, dans son genre, était beaucoup plus réaliste et d’autant plus touchant (oui, même moi la cynique, j’ai été touchée par ce livre). À cela, on peut rajouter le style assez inexistant de l’auteure qui n’arrange vraiment pas le sort de ce récit, tout de même assez prévisible, malgré quelques petites surprises.

36817440_8299446«Tom, petit Tom, tout petit homme, Tom»

Synopsis:

Tom, un garçon de 11 ans, vit avec Joss, sa mère, dans un mobile-home en pleine campagne. Peu surveillé par une mère bien trop jeune, il sèche l’école et se balade dans les jardins des voisins pour y voler les légumes que lui et sa maman ne peuvent se payer. Lors de l’un de ses vagabondages, il découvre Madeleine, une vieille dame tombée dans son jardin et incapable de se relever. Une rencontre qui bouleversera leur vie à tous les deux.

La critique:

L’histoire de Tom, de Joss et de Madeleine est touchante. Ici, l’auteure a la bonne idée d’éviter la dramatisation et le fatalisme, malgré la vie assez lugubre et triste du garçonnet. Mais, comme pour «Et puis, Paulette…», c’est vite lu et vite oublié. Nous sommes à nouveau face à un récit très prévisible (encore plus que le premier) et dont certains éléments de l’histoire sont un peu tirés par les cheveux (les liens familiaux des différents personnages qui coïncident, comme par hasard…).

Le problème majeur de «Tom, petit Tom, tout petit homme, Tom» est qu’il semble avoir été le brouillon d’«Et puis, Paulette…», car on y retrouve des thèmes analogues. Solidarité intergénérationnelle, enfant non-désiré, animaux qui parlent (dans les deux livres, les animaux s’expriment dans des chapitres consacrés), tout y est. On trouve également la similaire tendance à effleurer, puis évacuer des thèmes importants (une tentative de viol, par exemple). Dans la même veine, le système de narration reste identique entre les deux récits: l’histoire est vue à travers les yeux d’un personnage principal, mais chaque personnage à l’occasion de donner son point de vue à un moment (ou plusieurs) du récit.

En résumé, je conseillerais aux lecteurs de se tourner plutôt vers «Et puis Paulette», pour son côté un peu moins prévisible. Mais, ces deux livres restent clairement des divertissements, plus que de la pure littérature, car Barbara Constantine ne se foule vraiment pas quand elle écrit; on reprend les mêmes et on recommence !

Barbara Constantine, «Et puis Paulette», Paris, Le Livre de Poche, 2013.

Barbara Constantine, «Tom, petit Tom, tout petit homme, Tom», Paris, Le Livre de Poche, 2011.

Publicités

8 réflexions sur “« Et puis Paulette » et « Tom, petit Tom, tout petit homme, Tom » / Barbara Constantine

  1. J’avais lui « Et puis Paulette… » mais j’avoue ne pas en garder de souvenirs…comme quoi en effet ce n’est pas de la grande littérature.

  2. J’ai lu allumer le chat de cet auteur et c’est vrai qu’on est dans le léger, léger mais ça fait du bien de temps en temps. Les 2 romans et le Mélo d’Ame que tu chroniques ici et le Mélo d’Amélie sont dans ma bibliothèque depuis ma première lecture.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s