Home / Toni Morrison

Découverte de Toni Morrison, huitième femme, première Noire et seule écrivaine afro-américaine à avoir reçu le prix Nobel de littérature. Un vrai coup de cœur ! Si vous ne la connaissez pas, il est temps de vous y mettre.

home

2Frank Money, le mal nommé, est un homme afro-américain ravagé par son enrôlement dans la guerre de Corée. De retour au pays, il se lie temporairement avec Lily, mais ses démons le rattrapent et la jeune femme est soulagée de le voir partir, car Frank doit aller rejoindre sa sœur en Géorgie, apparemment malade et en danger de mort. Il doit alors traverser les USA: un voyage complexe pour un jeune homme noir dans les années 1950.

1

Il y a des couvertures de livres qui vous appellent et vous charment. Vous ignorez totalement de quoi ça parle, mais la beauté de l’illustration amène votre main à saisir ce livre en particulier parmi les rayons opulents de votre librairie. Ce fut le cas pour le roman «Home» de l’écrivaine Toni Morrison avec son homme et son arbre solitaire sur fond gris et vert. C’est comme cela que l’on se retrouve, par hasard, avec un prix Nobel de littérature dans les mains.

Court et intense sont les deux mots qui qualifient le mieux «Home». Ce roman nous décrit un voyage double: celui d’un homme vers la rédemption et celui d’une jeune fille vers l’âge adulte. Les deux personnages principaux, Frank et sa sœur, Ycidra, souffrent tous les deux d’une très grande honte, même si ce n’est pas pour les mêmes raisons. Lui, traumatisé de guerre et elle, petite chose naïve, marquée par le mépris continuel de sa grand-mère.

Le roman, situé dans les années 1950 aux USA, a comme toile de fond la situation de la communauté afro-américaine qui est, à cette époque, encore victime de ségrégation. Et ce, bien que beaucoup d’hommes noirs s’engagent dans les différentes guerres menées par les États-Unis. Ils sont assez bons pour être de la chair à canons, mais pas assez pour voter ou simplement être totalement libres de leur mouvement.

L’écriture de Toni Morrison est d’une justesse extrême. Il n’y a jamais trop ou trop peu de mots dans ses descriptions et dans le portrait qu’elle fait de ses personnages. De plus, j’ai trouvé une référence très intéressante et surprenante à «Candide» de Voltaire dans son roman (volontaire ou pas ?). Effectivement, Ycidra comprend qu’elle doit «semer dans son jardin», travailler de ses mains et tenter de construire sa vie pour être heureuse.

Cependant, la plus belle phrase vient de Toni Morrison:

Ne laisse pas [quelqu’un] décider de qui tu es. C’est ça, l’esclavage !

Le roman, malgré la dureté de son contexte, est un livre plein d’espoir, dont la conclusion apportera un mélange de bien-être et de mélancolie au lecteur.

Court, émouvant, intense. Vous n’avez pas d’excuses pour ne pas vous lancer dans la lecture de «Home».

Publicités

11 réflexions sur “Home / Toni Morrison

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s