« No Country for Old Men », pour quelques poignées de dollars…

Si vous avez raté (comme moi) en 2007, ce chef-d’oeuvre des frères Coen, il est toujours temps de vous rattraper et de trembler à l’approche du tueur…

no-country-for-old-men

2Alors qu’il chasse près de la frontière mexicaine, Llewelyn Moss tombe sur une scène de crime qui est apparemment le résultat d’un règlement de comptes entre narcotrafiquants et sur une valise contenant deux millions de dollars. La tentation est trop grande et il s’en empare, sans se douter de ce qu’il vient de déclencher. Il se retrouve alors poursuivi par Anton Chigurh, un tueur à gage sanguinaire chargé de récupérer l’argent. Dans le même temps, le shérif Bell tente aussi de retrouver Llewelyn pour lui permettre d’échapper au destin funeste qui l’attend entre les mains de Chigurh.

1

Anton-Chigurh-No-Country-for-Old-Men

Le visionnement tardif de ce film est impardonnable. Mais, en même temps, j’ai découvert sur le tard le travail du duo Coen (encore plus impardonnable) et j’ai regardé leur filmographie à l’envers en commençant par «Burn After Reading», puis «Ladykillers» et «O’Brother». Puis, enfin, j’ai visionné le fameux «Big Lebowski» et je me suis dit:  «Ces mecs sont vraiment déglingués et surtout talentueux». Ensuite, j’ai vu «True Grit» avec appréhension, car le film semblait trancher avec ce que j’avais vu des deux réalisateurs (je ne connaissais que leur côté comédie) et ce fut un grand coup de cœur. Pour compléter ma filmographie, j’ai donc visionné le quadruplement oscarisé «No Country for Old Men».

Qui aurait pu croire qu’un type avec une coupe de cheveux à la Mireille Mathieu pouvait être si terrifiant ? Définitivement, j’aime Javier Bardem. Parce qu’un acteur capable de jouer un tétraplégique qui veut mettre fin à ses jours (Mar Adentro, LA performance de Bardem), des tueurs psychopathes  (Skyfall, No Country for Old Men) et des beaux gosses au regard de braise (Vicky, Cristina, Barcelona; Mange, prie, aime), je n’en connais pas d’autre. Encore une fois, l’acteur est parfait. Mais, c’est aussi grâce aux deux réalisateurs qui livrent un film excellent avec des dialogues magnifiques et une mise en scène ciselée bourrée de détails, parfois très cyniques (les armes originales du tueur ou les marques de semelle de l’homme qui se fait étrangler, par exemple). «No Country for Old Men» est un film sombre, à la tension parfaitement maîtrisée, dont le thème principal, la cupidité, est parfaitement exploité à travers Llewelyn, qui est prêt à absolument tout risquer pour sa mallette pleine de dollars. Le tout étant, de plus, servi par des acteurs prestigieux, tels que Josh Brolin et Tommy Lee Jones. Dernière petite précision: le film est une adaptation d’un roman de Cormac McCarthy.

carlajeanandllewelyn

Le test Bechdel:

De manière purement quantitative, ce film passe le test, car il y a bien UNE discussion entre deux femmes ayant un prénom et ne parlant pas d’un homme. Cependant, ce n’est pas vraiment une conversation, puisqu’un des personnages féminins demande simplement à un autre où il a rangé un objet. Il est assez difficile de considérer ça comme une réelle conversation. De plus, je me suis demandée tout au long du film à quoi pouvait bien servir le personnage féminin principal (Carla Jean, la femme de Llewelyn), puis la fin du film me l’a révélé. Malgré cela, un test Bechdel bien raté.

En résumé, un film haletant et parfaitement maîtrisé qui n’a pas volé ses Oscars. 

Publicités

Une réflexion sur “« No Country for Old Men », pour quelques poignées de dollars…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s