« La désolation de Smaug », tout est dans le titre ?

Voilà, le dernier article de l’année. Et pour finir en apothéose, je vous parle d’une des sorties les plus attendues de 2013: la suite des aventures de Bilbon le Hobbit !

the-hobbit-the-desolation-of-smaug

2
Après avoir survécu aux dernières péripéties, Bilbon et la compagnie de nains menée pas Thorin Ecu-de-Chêne tentent de poursuivre leur chemin jusqu’à la Montagne Solitaire sans Gandalf, parti chercher la preuve du retour du malin en Terre du Milieu. Un voyage qui s’annonce agité pour nos compagnons puisqu’il leur faudra fuir les orques et traverser une forêt plutôt mal famée, pour ensuite rencontrer le terrifiant Smaug.

1Pour commencer, je tiens à préciser que je suis une grande fan de l’univers de Tolkien. Cependant, je ne fais pas partie de ces fanatiques qui ne souffrent pas que l’on modifie la moindre virgule de leur auteur chéri. La saga «Le Seigneur des Anneaux» en est la preuve. On peut couper et simplifier une oeuvre, tout en ne la trahissant pas dans son adaptation. Donc, j’avais une grande confiance dans la capacité de Peter Jackson à faire du «Hobbit» une grande saga également. Mais je dois dire que la déception est au rendez-vous. Le premier volet du «Hobbit» était plutôt sympathique (peut-être l’enthousiasme de retrouver l’univers de Tolkien sur écran…). Les acteurs Martin Freeman et Richard Armitage étaient plutôt bien choisis et les modifications scénaristiques pas particulièrement dérangeantes. Par contre, j’étais sortie de la salle en me demandant comment Peter Jackson allait faire pour tenir cette histoire sur trois films. J’ai ma réponse: en les remplissant de vide et de bulles d’air.

Avant de critiquer vertement ce deuxième volet, parlons de ce qu’il y a de positif dans ce film, car il y en a.

Je ne sais pas si c’est une illusion, mais j’ai eu l’impression de voir une 3D et des effets spéciaux de meilleure qualité, cette fois-ci. Dans les paysages, il devient difficile de distinguer le vrai du faux et les créatures avaient l’air plus incarnées. Même si, selon moi, ce film est trop numérique, trop artificiel comparé à la première trilogie. Le fameux dragon Smaug est d’ailleurs vraiment magnifique, même s’il n’est pas surprenant, car très classique dans son design. La scène des tonneaux dévalant la rivière est aussi très prenante, on s’y croirait presque. Tout comme le combat entre Gandalf et le Nécromancien. Et, comme d’habitude, les paysages sont hallucinants (merci la Nouvelle-Zélande).

Le-Hobbit-la-Desolation-de-Smaug1

Le problème, c’est que ça s’arrête là. Peter Jackson n’a pas la matière pour faire trois films, il fait du remplissage et ça se voit. Même dans des scènes sympathiques comme la fameuse descente en tonneaux. Cette scène est dynamique, avec des effets spéciaux réussis. On en aurait presque l’eau dans la bouche (ou dans les poumons). Mais elle est tellement longue qu’on dirait une attraction du Futuroscope et on ne parle même pas des acrobaties de Legolas à ce moment-là. Apparemment, le ridicule ne tue pas les elfes non plus.

Legolas, parlons-en. Il est l’un des rajouts de Peter Jackson pour faire référence au «Seigneur des Anneaux». L’idée n’est pas foncièrement mauvaise. Mais un petit caméo aurait suffi, car malgré ses nombreuses minutes à l’écran, l’apport de Legolas à l’histoire est négligeable.

Parlons aussi de son acolyte, Tauriel, l’elfe féminine, inventée de toutes pièces par Jackson.

L’univers de Tolkien est ultramasculin. En même temps, Tolkien était un vieux catholique vivant dans les années 1950, donc il y avait peu de chances que ce soit un grand pourfendeur des clichés de genre. Alors, rajouter un personnage féminin pour rendre cette univers un peu plus paritaire, cela peut se justifier aujourd’hui (la valorisation du rôle d’Arwen est d’ailleurs très réussie dans la première trilogie), surtout qu’Evangeline Lily est très crédible dans son rôle. Mais, si Peter Jackson imagine que ça rend son film plus féministe ou féminin, il se met le doigt dans l’œil.

Tout dans le personnage de Tauriel crie: «Je suis une pièce rapportée pour essayer de plaire au public féminin ou plutôt au cliché que Jackson se fait du public féminin». Premièrement, parce que c’est la seule femme dans l’armée de Thranduil. Les elfes sont des êtres surnaturels avec une force et une vitalité très grande par rapport à leur corpulence très fine. Donc, il n’y a pas la moindre raison de ne pas avoir des elfes masculins et féminins dans les gardes de Thranduil. Au lieu de simplement rajouter un personnage féminin, on aurait dû voir une armée de gardes mixte, là ça aurait vraiment féminisé le film, sans pour autant dénaturer l’esprit. Mais le vrai problème du personnage de Tauriel, c’est son triangle amoureux ridicule avec Legolas et Kili. Sérieusement ? C’est «Le Hobbit», ce film, pas «Twilight» et je ne vous fais même pas l’offense de vous donner les résultats du test Bechdel ! Si on ajoute à cela tous les dialogues et les intrigues secondaires inutiles, on se rend compte qu’il n’y a rien dans ce film, à part un beau et terrifiant dragon.

Desolation-of-Smaug-Poster

Alors, il est probable que l’on critique de manière très sévère «Le Hobbit», parce que «Le Seigneur des Anneaux» est une excellente trilogie qui restera dans l’histoire du cinéma. Mais ce film a un vrai problème de conception. A force d’essayer de conserver le ton du conte de l’oeuvre originale, tout en gardant le côté épique de la trilogie de l’Anneau, ce film ressemble à un gros fourre-tout incohérent.

Bon, je vais aller me remettre de cette déception en allant regarder «Les deux tours», mon préféré.

En résumé, à moins d’aimer vraiment Tolkien ou de faire plutôt partie du jeune public, c’est dur de passer plus qu’un simple moment divertissant. Moi, pas de chance, j’appartiens à la première catégorie et je vais devoir me taper le troisième volet….

Publicités

10 réflexions sur “« La désolation de Smaug », tout est dans le titre ?

  1. Ta critique est très complète et je ne saurais la contredire : sauf que, pour toute personne qui n’a pas lu le livre, le film sera parfait. Personnellement, j’ai adoré, malgré les effets de longueur et certains rajouts.

    1. Je ne suis pas tout à fait d’accord. J’ai vu le film avec quelqu’un qui n’a pas lu le livre et il l’a trouvé particulièrement mauvais aussi, car en plus de la tentative d’étendre un tout petit scénario sur une longue durée, Peter Jackson a fait des choix esthétiques déplorables…Après, ce sont des goûts et des couleurs…

      1. Je comprends tout à fait…Comme je l’ai dit, je trouve la réalisation de ce film détestable, mais je vais quand même aller voir le troisième volet…parce que j’adore cet univers !

  2. J’ai vu le premier volet il y a seulement quelques mois, et j’avais trouvé que c’était un bon divertissement, sans plus. Je crois que j’attendrai encore un peu pour voir celui-ci, mais, pour le coup, je ne doute pas que j’aurai exactement le même avis que toi !

  3. Très bonne critique. Je partage entièrement ton point de vue. Le film est long et poussif et je me suis désespérément ennuyée. Quelle déception.
    Quant à Legolas… pfff sans commentaires. Orlando aurait dû s’en tenir à son beau rôle dans Zulu 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s