Touche pas à mon avortement !

Le 9 février 2014, le peuple suisse est amené à voter sur une initiative populaire qui cherche à exclure le remboursement de l’avortement de l’assurance maladie obligatoire. Le comité d’initiative dit ne pas vouloir s’attaquer à l’avortement en soi. Mon œil, oui !

CLACNews3-85x85
http://www.le-clac.ch/

En temps de crise et de chômage, comment convaincre un citoyen de signer une initiative populaireEn murmurant à l’oreille de son porte-monnaie, bien sûr ! Rien de plus habile que de lui promettre qu’il va économiser quelques sous sur un domaine qui malmène son budget chaque mois: son assurance maladie. Cette stratégie, c’est celle du comité «Financer l’avortement est une affaire privée».

Petit récapitulatif de la situation:

En Suisse, l’assurance maladie publique n’existe pas. Les assurances maladie sont privées, mais obligatoires. C’est pourquoi elles sont tout de même surveillées par la Confédération et sont soumises à une loi spécifique. Elles ont également la caractéristique de coûter un bras et de grever le budget des familles qui doivent fréquemment demander des subventions pour les payer. Si vous en avez besoin ou les moyens, vous pouvez également souscrire une assurance complémentaire qui prendra en charge plus de soins. Ces assurances ne sont pas soumises à la même loi que les assurances de base. Elles peuvent, par exemple, refuser de vous assurer si vous êtes en mauvaise santé. Les avortements font partie des prestations remboursées par l’assurance obligatoire. Le comité veut exclure le remboursement de cette prestation et le recaler dans l’assurance complémentaire pour faire des économies sur les frais de santé. Il est utile de préciser que le taux d’avortement par femme en Suisse est très bas en comparaison européenne.

Pourquoi cette initiative est hypocrite, discriminatoire, désolidarisante et sexiste ?

Hypocrite:

L’argument des économies sur les coûts de la santé serait à mourir de rire s’il ne traitait pas d’un sujet si important. L’impact des avortements sur les coûts de la santé en Suisse sont extrêmement marginaux. Ils représentent 0,03% des coûts de santé. Il faut aussi savoir qu’en cas d’acceptation de l’initiative l’on n’économiserait même pas ce 0,03%, puisqu’il comprend les avortements nécessaires pour préserver la santé de la mère et ceux-ci seraient toujours remboursés par l’assurance de base.  En termes d’espèces sonnantes et trébuchantes, l’acceptation de l’initiative ferait «bénéficier» d’une épargne d’environ 10 centimes par mois et par personne majeure assurée. Alors, pourquoi une initiative pour économiser une somme si ridicule ? Car, même si je n’ai pas un respect débordant pour les personnes du comité, elles ont été probablement assez intelligentes pour calculer cela elles-mêmes. Eh bien, parce que ce comité, composé de la fine fleur évangélisto-réac de la politique suisse, veut s’attaquer à l’avortement et au système des délais par des moyens détournés.

Discriminatoire:

On sait que l’IVG est plus courante dans les milieux défavorisés culturellement ou financièrement. Effectivement, plus vous êtes une femme riche ou éduquée, plus vous avez accès aux informations et à la contraception.  Vous avez donc proportionnellement moins de chances de vous trouver face à une grossesse non désirée. Si l’on continue de dérouler notre raisonnement, les femmes venant de milieux défavorisés ont beaucoup moins de chances d’avoir une assurance complémentaire, puisqu’elles rament probablement déjà pour payer leur assurance obligatoire. Le constat est simple: les personnes les plus susceptibles de se trouver dans cette situation devront payer de leur poche un avortement, alors que celles qui ont moins de chances de se trouver dans cette situation se verront rembourser par leur assurance complémentaire. Et qu’est-ce qu’on fait quand on n’a pas les moyens de se payer un service officiel ? On fait appel au marché noir. Donc, vive le retour des aiguilles à tricoter et autres barbaries !

Désolidarisante:

Le principe d’une assurance maladie, c’est que les bien-portants payent pour les malades. Le comité «Financer l’avortement est une affaire gratuite» s’oppose à ce principe de solidarité fondamentale, car il dit ne pas vouloir financer l’avortement avec les primes d’assurance maladie. Si nous nous engageons sur cette voie, Monsieur et Madame Tout-le-monde peuvent se permettre de refuser de financer tout et n’importe quoi. Je ne fume pas, est-ce que je refuse pour autant de financer les chimios des cancéreux du poumon ? Les minces vont-ils lancer une initiative pour exclure le remboursement par l’assurance de base des frais de maladie causés par l’obésité ? Et pour rester dans les convictions religieuses, les témoins de Jéhovah vont-ils refuser de financer les transfusions sanguines et les greffes d’organe à travers leurs primes d’assurance, car leur religion interdit ces pratiques ?

Sexiste:

Encore une fois, des tenants de la morale religieuse essayent de contrôler le corps des femmes (oui, ces méchantes femmes sans foi, ni loi, tueuses de bébé et qui, parfois, n’ont même pas de remords quand elles avortent, car elles n’auraient de toute façon pas pu s’occuper de ce bébé, disent-elles) en ne s’attaquant pas frontalement à la solution des délais, mais en tapant dans le porte-monnaie des femmes les plus démunies. Quel honneur, quel courage, quelle belle preuve de charité chrétienne ! Car oui, même des organisations religieuses comme la Ligue des femmes catholiques suisses et la Fédération des églises protestantes s’opposent à cette initiative (une liste non exhaustive de ceux qui disent NON). La preuve que l’on peut être chrétien sans sombrer dans l’extrémisme et la discrimination sociale et sexuelle.

IVG-bocaux-370x220
Plus d’infos: http://www.le-clac.ch/

Suisses et Suissesses, allez mettre un gros NON/NEIN/NO/NA dans l’urne le 9 février et, vous qui venez d’ailleurs, gardez l’œil ouvert, car dans tous les pays se cachent des personnes prêtes à faire retourner les avortements dans les arrière-boutiques des pharmaciens et autres faiseuses d’anges.

Plus d’infos:

http://www.reiso.org/spip.php?article3799

http://www.le-clac.ch/

http://www.abtreibung-avortement.info/index.html

Publicités

4 réflexions sur “Touche pas à mon avortement !

    1. Merci ! C’est vrai qu’il y a des pays en Europe où ce n’est pas encore autorisé ou parfois quand c’est autorisé il faut se battre pour trouver des médecins qui le font (en Italie, par exemple), on a tendance à l’oublier !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s