Une place à prendre / Joanne K. Rowling

C’est avec curiosité que je me suis plongée dans ce roman très critiqué par la presse. Verdict ? Un récit de très bonne facture victime d’un regard bien trop sévère.

une-place-a-prendre

2Barry Fairbrother meurt brutalement d’une rupture d’anévrisme laissant femme et enfants, mais également une place libre dans le conseil paroissial de la petite bourgade de Pagford. Homme admiré par certains, honni par d’autres pour son engagement auprès de la population d’un quartier déshérité, la course pour obtenir son siège fera de nombreuses victimes, car elle ravivera les rancœurs, les haines et autres secrets rampant de la «charmante» ville.

1J’ai lu la saga «Harry Potter», mais je ne fais pas partie des fans. L’univers crée par J. K. Rowling est incontestablement très original, mais ayant découvert Tolkien entre temps, l’univers du petit sorcier ne pouvait que sembler un peu pauvre face à l’oeuvre ultra-fournie du père des hobbits (en plus, les guerriers en armure brillante me fascinent plus que les ado-sorciers sur leur balai…). Tout ça, pour expliquer que je me suis lancée dans ce roman (en V.O.) sans aucune attente.

Apparemment, il ne fait pas bon écrire un livre dans un style totalement différent de ce pour quoi on est connu quand on voit la campagne de dénigrement dont a été victime Rowling pour «Une place à prendre». Après lecture, je reste persuadée que ce roman aurait été beaucoup mieux jugé s’il avait été écrit par une parfaite inconnue, car «Une place à prendre» est une bon livre, même s’il n’est pas parfait.

«Une place à prendre», c’est un portrait au vitriol de la classe moyenne supérieure anglaise que l’on peut trouver dans les petites villes de campagnes. Écrit sous la forme d’une tragédie comique extrêmement cynique avec un point de vue omniscient pour le lecteur, ce roman décrit les vies étroitement liées d’une pléthore de personnages (plus de 15 !) qui s’affrontent en raison de leurs visions morales et politiques divergentes.

Mais, «Une place à prendre» ne se contente pas de nous dépeindre la vie des adultes vivant à Pagford. Elle décrit également celle des adolescents de la petite ville. Et là, on est loin d’Harry Potter: sexe, drogue, agression sexuelle, parents toxiques, racisme, rien ne nous est épargné. Ce roman n’a rien d’un feel good book. Il est cynique et sombre quand il dépeint les bassesses de tous ces personnages ligués les uns contre les autres, mais également contre les plus faibles. Mais, heureusement, leurs enfants ont encore un semblant de moralité et vont tenter de faire justice à ceux qui le méritent (et c’est bien là que l’on retrouve une touche Potterienne).

Rédigé comme une toile d’araignée où le moindre mouvement se répercute aux extrémités, «Une place à prendre» permet de réfléchir aux conséquences de nos actes et à la responsabilité que l’on accepte d’assumer.

Évidemment, le roman n’est pas exempt de défauts. Il n’est pas facile de rentrer dans l’intrigue vu le nombre hallucinant de personnages et surtout il est long, très long. L’histoire est prenante et les pages passent tout de même assez vite, mais élagué d’une centaine de page, le roman n’aurait pas perdu de sa saveur, car on aurait pu se passer de quelques intrigues secondaires.

Concernant la lecture en V.O., je déconseille l’expérience si vous n’avez pas l’habitude de lire en anglais. Effectivement, le roman contient beaucoup d’argot et bien sûr, il est plutôt conséquent. Donc, si la lecture en anglais vous fatigue, cela risque d’être assez pénible d’arriver au bout.

En résumé, un roman tragi-comique empreint de cynisme à l’histoire très bien construite. À lire pour découvrir l’écriture adulte de J. K. Rowling !

J.K. Rowling, «Une place à prendre» (Titre original: The Casual Vacancy),  chez Grasset et Le Livre de Poche, 2012.

Publicités

12 réflexions sur “Une place à prendre / Joanne K. Rowling

  1. Je l’ai lu et critiqué aussi, j’ai failli le laisser 10 fois, j’ai continué sans entrain, j’ai même lu deux autres livres entre deux, et puis j’ai accroché dans les dernières pages que j’ai tourné frénétiquement… comme tu dis, il pourrait allègrement compter 100 pages de moins… même 200 à mon avis! J’adore la littérature anglaise, pas JK particulièrement, mais j’avoue avoir été un peu déçue… trop d’attentes sans doute!

    1. Moi j’en avais pas du tout (des attentes), donc ça a peut-être aidé ! Mais, j’ai vraiment été happée par l’histoire et j’ai été vraiment étonné par le côté « engagé » du livre.

  2. Vu les avis, je serais bien curieuse de voir si l’histoire va m’accrocher. Parfois les livres, comme tu le dis, sont victimes de trop grandes attentes qui les assassinent une fois critiqués.

    1. Personnellement, je pense que ce livre est effectivement victime de ce phénomène (auteure trop connue et trop d’attentes). À ça, on peut également rajouter aussi quelques fans de Harry Potter qui n’ont pas bien digérés la transition…

  3. J’en avais parlé sur mon blog l’an dernier, car je l’avais lu pour le prix Price Minister. Contrairement à la majorité des gens, d’après ce que j’ai compris, j’avais beaucoup aimé ! C’est vrai que le nombre important de personnages peut perdre le lecteur, et que la lecture est longue, mais pour ma part ça ne m’avait pas gênée.

  4. je n’avais pas d’attentes particulières, je savais que ça n’avait rien à voir avec Harry Potter, mais pourtant j’ai vraiment eu du mal avec ce livre. J’ai surtout bloqué sur les personnages: pas un pour rattraper l’autre, ils me mettaient tous mal à l’aise, j’ai vraiment ressenti quelque chose de malsain

    1. Personnellement ayant vécu dans un petit village, je trouvais les personnages, certes moches, mais assez réalistes dans leur lâcheté et leur petitesse…malheureusement…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s