« Metallica, Through the Never », plus qu’un concert, mais pas un film

Après U2, c’est au tour de Metallica de sortir son concert en 3D. Mais, ici, le groupe cherche à sortir du banal concert filmé en y intégrant une histoire. Entreprise plus ou moins réussie.metallicathroughtheneverlargeposter

2
Mêlant images de concert et fiction, «Metallica, Through the Never» nous raconte la soirée d’un roadie chargé de récupérer un sac pour son groupe adoré. Soirée qui va plutôt mal tourner, entre accident de voiture, émeutes et cavalier psychopathe.

1
Le principe de «Metallica, Through the Never» est simple. On filme un concert de malade en 3D IMAX (avec scène et décors monumentaux), à cela on ajoute une histoire mue par un très classique MacGuffin: un sac. Le tout baigné dans une ambiance apocalyptico-émeutière. Parlons des images séparément. Tout d’abord, les images du concert. Même si, malheureusement, je n’ai pas pu voir «Metallica, Through the Never» en IMAX (il n’y a qu’un cinéma IMAX en Suisse et il est très loin de chez moi), le concert est vraiment magnifiquement rendu par la 3D. On a réellement l’impression de pouvoir taper sur l’épaule de Kirk quand il joue son solo de guitare. La musique est bien sûr un régal pour les oreilles. De leur coté, les images du film bénéficient d’une esthétique plutôt soignée avec quelques très belles scènes en 3D et une ambiance glauque à souhait. Le montage entre les scènes de concert et celles du film est réalisé de manière fluide, avec certaines transitions très réussies (à un moment, on a l’impression que les émeutiers sont, en fait, le public du concert) et d’autres beaucoup moins (notamment, celle à la fin de la chanson «Nothing Else Matters» qui est un peu kitsch). En bref, ce film permet de passer un bon moment de divertissement pour les yeux et les oreilles en compagnie de ce groupe mythique, qui fête cette année les 30 ans (déjà) de la sortie de «Kill ‘Em All», son premier album.

Metallica

Par contre, il est victime d’un gros problème: si vous n’aimez pas Metallica, ou du moins son style de musique, ce film n’a pas le moindre intérêt ! L’intention de renouveler un peu le genre du concert filmé est tout à fait louable, mais on peut difficilement appeler ce concert agrémenté d’images un film, car le scénario tient sur un timbre-poste. Evidemment, il y a peu de chance qu’un amateur de Matt Pokora ou de Bastian Baker se précipite sur un film où il y a écrit Metallica en gros sur l’affiche. Mais, du moment où il y a une tentative d’innovation, pourquoi ne pas aller jusqu’au bout et faire un vrai film musical ? Il est possible que le réalisateur choisi, Nimród Antal («Predators»), n’avait pas les épaules assez larges pour relever un tel défi.

Le test Bechdel:

Peut-on vraiment faire un test Bechdel sur ce genre de «film» où trois dialogues se courent après et axé sur un groupe à fort taux de testostérone ? Evidemment, non. Par contre, je me permets de relever qu’il n’y a pas de protagonistes féminines dans la partie film !

En résumé, si vous n’aimez pas Metallica, passez votre chemin !

La bande-annonce:

et un petit bonus:

Publicités

Une réflexion sur “« Metallica, Through the Never », plus qu’un concert, mais pas un film

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s