« Tout ce qui brille », un film qui a failli être brillant…

Critique de «Tout ce qui brille» (2009), un film sympathique et dynamique, mais qui malheureusement manque d’aboutissement et de réflexion sur les thèmes qu’il aborde.affiche-tout-ce-qui-brille

2

Lila et Ely vivent à Puteaux, dans la banlieue parisienne. Lassées de leur vie de banlieusarde, elles tentent de mettre un peu de piment dans leur vie en s’infiltrant dans les nuits parisiennes chics. Lila, amoureuse des strass, des paillettes et de Maxx, tente de s’inventer une nouvelle identité pour se fondre dans ce milieu, jusqu’à mettre en danger son amitié avec Ely.

1

En passant ma soirée devant «Tout ce qui brille», je ne m’attendais vraiment pas à voir quelque chose de qualité. Je m’attendais plutôt à un de ces films destiné au public féminin, creux et rempli de clichés, car, malheureusement, beaucoup de réalisateurs et de producteurs prennent encore les femmes pour des cruches, prêtes à avaler n’importe quoi pourvu qu’il y ait des rouges à lèvres, des talons et des sacs à main. Mais, le film de Géraldine Nakache et Hervé Mimran est surprenant en bien, même si cela reste un film peu accompli.

tout-ce-qui-brille-sandwichs

Je vais commencer par les qualités du film car je n’imaginais même pas lui en trouver au départ. Tout d’abord, les actrices sont très convaincantes (je parle des actrices, car les rôles masculins manquent un peu de matière, donc c’est difficile de juger du travail des acteurs). Audrey Lamy est notamment très drôle en prof de gym autoritaire et un peu givrée. Le film est punchy et on ne s’ennuie pas. C’est aussi une bonne chose de voir un film où la banlieue n’a rien de glauque ou violent, pour sortir des poncifs qu’on a l’habitude de nous servir.

Par contre, j’ai été tout de même très déçue, car avec de bons acteurs et une volonté visible de sortir des clichés, le film semblait pouvoir être brillant. Mais, malheureusement, les réalisateurs ne se sont pas éloignés des clichés très longtemps.

Les ficelles de l’histoire sont vraiment grosses et le déroulement de l’histoire est prévisible au bout d’un quart d’heure. De plus, les riches forcément méchants et superficiels, face aux pauvres, forcément gentils, est une image d’Épinal usée jusqu’à la corde.

De plus, le film pèche par son manque d’aboutissement dans sa réflexion sur la société de consommation. On sent effectivement une légère critique de notre société où l’on a de valeur que par ses possessions et où les femmes sont particulièrement soumises à ce modèle et ce, d’autant plus qu’elles manquent de capital culturel.

Le test Bechdel:

Le test Bechdel passe ici sans problème, vu que les personnages féminins sont les stars du film. Par contre, c’est dommage que cela se fasse aux dépens des personnages masculins qui sont aussi fins que du papier à cigarettes. Mais bon, disons que c’est de bonne guerre vu le nombre de personnages féminins décoratifs que l’on trouve dans les fictions.

film_tout-ce-qui-brille

En résumé, un film sympathique pour passer le temps. Avec un petit coup de gueule pour les réalisateurs qui ne vont pas au bout de leur réflexion juste parce que leur film doit rester simple et divertissant. 

Publicités

3 réflexions sur “« Tout ce qui brille », un film qui a failli être brillant…

  1. Dans ce genre de film « pour femme » j’ai pas aimé l’accro du shopping par exemple. Mais ton article est très bien fait et attise quand même ma curiosité, notamment pour voir les actrices. Je le note, merci !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s