Le monstre de Florence / Douglas Preston et Mario Spezi

L’auteur, Douglas Preston, et le journaliste, Mario Spezi, nous invitent à les suivre dans leur poursuite du monstre de Florence. Attention, histoire vraie !

lemonstredeflorence

2Mario Spezi, un journaliste spécialisé dans les faits divers, remplace un de ses collègues. C’est dimanche, normalement, il ne se passe rien. Mais, pas cette fois. Spezi est appelé pour aller constater le double meurtre d’un jeune couple dans les collines toscanes. Malheureusement, les meurtres se poursuivent. On constate que d’anciens crimes ont certainement été commis par le même individu. Spezi décide de mener une enquête de son côté, car il remarque peu à peu que l’enquête officielle est menée par des personnes incompétentes ou corrompues. Il rencontre alors Douglas Preston, un écrivain de thriller américain, qui vient de s’installer à Florence et qui l’aide dans ses recherches. Mais, les choses dégénèrent. Les théories des procureurs et des personnes en charge de l’enquête sont de plus en plus délirantes. Mario Spezi se retrouve alors accusé d’«entrave à la justice par voie de presse».

1Même si «Le monstre de Florence» se lit comme un thriller, l’histoire racontée par Douglas Preston et Mario Spezi est vraie et surtout terrifiante pour deux raisons. Premièrement, nous sommes face à des meurtres très brutaux (couples assassinés par balles, puis mutilations génitales post-mortem chez la femme), apparemment l’oeuvre d’un serial killer. Deuxièmement, encore plus terrifiant, l’enquête autour de ces meurtres va littéralement faire naufrage pour plusieurs raisons: le double corps de police italien (Carabinieri et Polizia) qui se concurrencent plus qu’ils ne collaborent, l’utilisation de l’affaire du monstre par des magistrats afin de s’octroyer des promotions, la négligence de certaines pistes, la pollution des scènes de crime, la naissance d’une théorie du complot tendance sataniste complètement délirante ou encore le fait que toutes tentatives de contredire les versions officielles (il y en aura plusieurs au cours des années) se sont vues bridées (d’où l’arrestation de Spezi).

C’est principalement ce dysfonctionnement qui rend le roman passionnant et affolant, même si le parcours sanglant de ce meurtrier, qui a semé la peur et la zizanie en Toscane, aurait suffit pour intéresser les lecteurs.

Concernant le style du roman, l’écriture du livre est tout ce qu’il y a de plus banal. En même temps, il est écrit principalement par un écrivain de thriller donc ce n’est pas vraiment étonnant (oui, je suis méchante, mais, en même temps, je n’ai jamais été émerveillée par le style d’un polar…).

On peut ajouter que Douglas Preston a été également un fervent critique de l’affaire Meredith Kercher car elle a été instruite par Giuliano Mignini, le même procureur adepte des théories satanico-complotistes dans l’affaire du monstre de Florence. Cette fois, rebelote, il accuse Amanda Knox et Raffaelle Sollecito d’avoir tué Meredith Kercher au cours d’une espèce d’orgie sataniste. L’affaire est toujours en cours…

En résumé, un documentaire-thriller inquiétant sur le «Jack l’Eventreur italien» et la débâcle judiciaire de sa poursuite. Intéressant et vite lu. 

Douglas Preston et Mario Spezi, Le monstre de Florence (titre original: The Monster of Florence), Éditions J’ai Lu, 2011, 416 pages. 

Publicités

Une réflexion sur “Le monstre de Florence / Douglas Preston et Mario Spezi

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s