« Le Trône de fer », du papier à l’écran…

La série «Game of Thrones» ne cesse de faire parler d’elle. Je vais sans vergogne ajouter ma petite pierre à l’édifice, en vous parlant des défauts et qualités de l’adaptation télévisuelle du roman. Ainsi que des polémiques entourant cette oeuvre.

video-game-of-thrones-saison-3-episode-1

1

Du papier à l’écran:

Commençons par les nombreuses qualités de la série «Game of Thrones» :

les décors: Tournée en Irlande du Nord et à Malte, les paysages de la série sont particulièrement somptueux et totalement en accord avec l’univers du roman. Les différences entre les régions du royaume des Sept Couronnes sont très marquées. Il est impossible de confondre les contrées verdoyantes et froides de Winterfell et le côté méditerranéen de Port-Réal.

GameOfThrones_Locations_Winterfell_02
Winterfell

le casting: Quasi exclusivement britannique (les producteurs pensaient que l’accent britannique se prêtait mieux au récit), le casting est irréprochable. Les acteurs incarnent magnifiquement leurs personnages. Difficile, après cela, d’imaginer d’autres visages sur les noms du «Trône de fer». Mention spéciale pour Peter Dinklage, un Tyrion Lannister charismatique en diable.

Tyrion-Lannister-game-of-thrones
Peter Dinklage en Tyrion Lannister

les costumes: Tous plus magnifiques les uns que les autres, chaque costume reflète le rang social de son porteur, sa maison et son origine territoriale. Au nord, les fourrures et les cuirs. Au sud, les soieries et le lin. Le travail de design et de création démontre minutie et grand souci des détails.

game-of-thrones-exhibition-props-and-costumes-game-of-thrones-33866638-960-710
La costumière Michele Clapton avec une de ses créations

le respect du livre: La trame principale de l’histoire de George R. R. Martin est respectée. Les principales modifications sont l’élimination de personnages secondaires et quelques simplifications de l’intrigue (en tout cas, pour la saison 1). Donc, le lecteur ne se sentira pas trahi.

Malgré une qualité incontestable, la série souffre de quelques défauts:

les raccourcis: la saison 1 du «Trône de fer», c’est presque 800 pages de littérature. La saison ne contenant que 10 épisodes (probablement pour des raisons de budget, chaque épisode coûtant plusieurs millions de dollars), il est inévitable que les scénaristes aient dû prendre quelques raccourcis. Cependant, j’ai regardé la série avec quelqu’un n’ayant pas lu les livres. Ainsi, je me suis rendue compte que certains raccourcis utilisés pouvaient être dommageables à la cohérence du récit. Si l’on prend l’exemple de l’accident de Bran (je n’en dis pas plus…), du point de vue d’un non-lecteur, la résolution du cas paraît tirée par les cheveux, alors que, dans le livre, elle est parfaitement cohérente.

les scènes de sexe gratuites: «Le Trône de fer», ce n’est pas une lecture pour les sensibles car il y a beaucoup de violence et de sexe. Ce que, personnellement, j’apprécie car c’est totalement cohérent avec un univers médiéval (le Moyen-Âge, c’était pas une époque de Bisounours). Cependant, dans la série «Game of Thrones», quelques scènes de sexe ont été rajoutées de manière un peu gratuite. Celles-ci n’existent pas dans le livre et n’apportent rien à l’histoire… La saga du «Trône de fer» est déjà tellement intéressante, pourquoi ajouter ce genre de scène ?

Les polémiques autour du «Trône de fer»:

Bien que réunissant une immense communauté de fans, le livre de George R. R. Martin n’échappe pas à quelques polémiques. «Le Trône de Fer» (et par extension la série télévisée) est accusé de trois maux: le sexisme, le racisme et la complaisance envers la pédophilie (ça fait beaucoup pour un seul récit…).

game-of-thrones

Le sexisme: «Le Trône de fer» met en scène un univers profondément sexiste où les femmes peuvent risquer le viol à tout moment quand elles sont de basse naissance. Un univers où les nobles sont une sorte de marchandise servant à sceller les alliances et à pondre des héritiers. Pourtant, quand je lis «Le Trône de fer», je me sens beaucoup moins offensée que quand je lis «Twilight» (ou n’importe quelle histoire où les femmes attendent qu’on vienne les sauver). Dans le récit de George R. R. Martin, les personnages féminins existent, à parité avec les hommes (dans l’intégrale 1, il y a 4 narrateurs et 4 narratrices). Malgré leur position bancale, elles tentent de s’en sortir. Les femmes du «Trône de fer» sont presque toutes des battantes et des héroïnes à leur façon. D’ailleurs, aucun des personnages féminins n’est parfait, elles ont toutes leurs défauts et leurs petites lâchetés. Ici, pas de féminin sacralisé. (EDIT: cet article a été écrit à la fin de la première saison, donc AVANT la fameuse scène de viol de Jamie sur Cersei, scène qui n’existe pas dans le bouquin. Donc, je retire ce que j’ai dit et oui, les scénaristes de cette série ont vraiment un problème…)

Le racisme: Dans son oeuvre, George R. R. Martin décrit les membres du peuple des Dothrakis comme sauvages, barbares, basanés et portant de longues tresses noires. Ils sont aussi appelés « peuple du cheval », car ces derniers sont nomades et vivent presque sur leur monture. On imagine qu’ils sont inspirés des peuples mongols ou des Huns. Face à cette description, certaines voix se sont élevées pour dénoncer le racisme de cette description. Effectivement, ils viennent de l’est, ils sont basanés et sont des sauvages. Vu sous cet angle, l' »affaire » sent un peu mauvais. Mais, si l’on approfondit le récit, on se rend compte que le continent de Westeros a aussi des sauvageons qui sont blancs! Au final, l’accusation de racisme tombe à plat.

DaenerysDrogo (1)

La complaisance envers la pédophilie: Cette accusation vient de la relation entre Daenerys (13-14 ans dans le livre) et Khal Drogo (30 ans environ). La jeune fille se voit mariée de force avec le chef des Dothrakis et bien sûr leur relation n’est pas platonique. D’ailleurs, Daenerys finit par aimer Drogo. Syndrome de Stockholm ou vrai attachement, on peut polémiquer. Cependant, dire que cette relation est une complaisance envers la pédophilie, c’est démontrer un manque total de connaissances historiques et sociales. Il faut se rendre compte que l’adolescence est un phénomène récent. Au Moyen-Âge, on était un adulte ou un enfant, il n’y avait pas de transition. À partir du moment où une fillette avait ses règles, elle était une femme. De plus, l’espérance de vie étant plutôt réduite au Moyen-Âge, on avait intérêt à «commencer» sa vie très tôt. «Le Trône de fer» ne fait qu’être cohérent avec l’époque où le récit est situé. Au cas où vous vous posiez la question, dans la série, les personnages sont joués par des acteurs plus âgés, pour rester dans la légalité, compte tenu des nombreuses scènes de sexe. A ce sujet, dans certains pays, il est même illégal de tourner des scènes de sexe entre un personnage mineur et un personnage majeur, même si l’acteur interprétant le mineur est en réalité majeur.

En résumé, «Game of Thrones» est vraiment une série de qualité, que l’on ne consomme pas, mais que l’on regarde attentivement. Une adaptation qui plaira aux fans de la première heure et qui saura séduire les novices (à condition de faire un petit effort de concentration pour se rappeler de la kyrielle de personnages…).

Publicités

7 réflexions sur “« Le Trône de fer », du papier à l’écran…

  1. J’aime beaucoup Game of thrones, mais c’est clair que les scènes de sexe gratuites n’apportent rien à l’intrigue et sont juste racoleuses. Je trouve quand même que l’accusation de sexisme est justifiée, car, dans la série, les femmes sont sans cesse sous la menace de la crainte d’un viol. Cela renvoit au fait que potentiellement, tous les hommes pourraient être des agresseurs, incapables de se contrôler, ce qui n’était sûrement pas le cas, même au Moyen-âge.
    Et bizarrement, l’extrême majorité des femmes se dévêtissent dans la série, les seules à ne pas le faire sont les actrices qui sont trop jeunes (je pense à Arya, Sansa) ou trop vieilles (Catelyn, la reine des épines..).

    1. Petite précision, j’ai écrit cet article à l’époque de la première saison. Donc à l’époque où il n’avait pas ajouter cette fameuse scène de viol de Jamie sur Cersei qui n’existe absolument pas dans le livre. Depuis, je trouve que les créateurs de la série ont vraiment un souci avec ça! Même i entre-temps ils ont aussi un peu rajouté des hommes nus. Mais bref, la série ne fait pas exception dans le monde du cinéma très machiste, c’est dommage…

  2. J’ai découvert ton site par hasard, au gré d’une recherche sur Google.

    C’est une agréable surprise que de tomber sur un article aussi bien écrit et bien détaillé 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s