« The L Word », à voir ou à revoir !

Petit retour sur une grande série qui vaut vraiment le détour pour son manque total de tabous. Homosexualité féminine, bisexualité et transsexualisme, Tout y passe! À voir absolument ou à revoir !

the-l-word-saison5-promo

2
«The L Word» met en scène la vie amoureuse, sexuelle et professionnelle d’un groupe de lesbiennes vivant dans le quartier branché de West Hollywood, à Los Angeles.

1

Franchement, n’y a-t’il pas assez de nouveaux TV shows américains à chaque rentrée pour qu’on parle ici d’une série dont la diffusion s’est arrêtée en 2009 aux États-Unis. Et bien, il se trouve que c’est souvent dans les vieilles casseroles que l’on fait les meilleurs plats, et «The L Word» n’échappe pas à la règle. Provocatrice et intelligente, cette série est à voir pour tout bon sérievore.

8246e02d0dbc716670b81f99396501eeEn plus, d’être une excellente série tragi-comique qui aborde de très nombreuses thématiques (spécifiquement gay, comme le mariage ou l’adoption, ou généralistes, comme le cancer du sein, la fidélité, la filiation, etc.), la série s’évertue à combattre les clichés dont sont victimes les lesbiennes. Non, les lesbiennes ne détestent pas les hommes («comment pourraient-elles les détester alors qu’elle ne les fréquentent pas ?» dixit un des personnages de la série). Non, elles ne sont pas devenues lesbiennes car elles n’ont jamais connu de «vrai mec». Oui, le fait d’être lesbienne est une vraie sexualité, pas un caprice destiné à exciter les hommes dans les pornos.

Diffusée en 2004, par la chaîne Showtime (pionnière dans la médiatisation des gays, puisqu’elle avait déjà produit la série «Queer as Folk» qui narrait la vie d’hommes homosexuels), «The L Word» est la première série qui met sur le devant de la scène  des personnages essentiellement lesbiens.

La série a également l’avantage de ne pas chercher de réponse à l’homosexualité. Est-ce génétique ? Est-ce un choix ? Peu importe, au fond.

BettePorter_2Le point fort de la série reste indubitablement les actrices qui jouent à merveille et qui incarnent totalement leur personnage respectif. Même s’il est difficile de faire un choix parmi elles, on peut tout d’abord citer l’incroyable Jennifer Beals qui s’est glissée dans la peau du personnage principale, la charismatique Bette Porter. Son minois vous dira sans doute quelque chose. Effectivement, Jennifer Beals est une ex-star des années 1980 car elle incarnait Alex, la jeune danseuse de «Flashdance» (She’s a maniac, maniac on the floor…Remerciez-moi vous l’avez dans la tête pour la journée). D’ailleurs, pour situer la personne qu’est Jennifer Beals, il faut savoir qu’elle avait à l’époque refusé le pactole qu’on lui proposait pour faire Flashdance 2, pour retourner à ses études à Yale. En somme, une actrice qui est loin d’avoir des courants d’airs dans la tête.

Mia Kirshner as JennyPhoto: Max Vadukal/ShowtimePhoto ID: LW3_47L-09

On peut également mentionner Mia Kirschner qui joue l’imbuvable Jenny Schecter, un des personnages de série le plus insupportable qu’il m’ait été donné de voir;

2411075259_bacf3d40ba

Katherine Moennig, la très sexy Shane McCutcheon qui donnerait des doutes à n’importe quelle hétéro et également la vétérante de la série Pam Grier (Kit Porter), ancienne Jackie Brown de Tarantino.

050610pam1

Pour ceux et celles qui pensent que la série ne peut intéresser que les lesbiennes et éventuelles les homosexuels, je vous arrête tout de suite. Comme expliqué plus haut, la série aborde toutes sortes de thématiques et est, avant tout, une série qui parle des femmes et de leur sexualité (Donc, si vous aimez «Sex and the City», vous aimerez «The L Word»). Sachez que les hommes ne sont pas exclus de la série puisque toutes les protagonistes ne sont pas lesbiennes et qu’elle ne vivent pas dans un monde sans hommes (contrairement, à de nombreux films hollywoodiens où les réalisateurs oublient que 50% de la population est composée de femmes).

Bien sûr, on peut également reprocher à la série de ne pas être représentative du quotidien des lesbiennes américaines car être lesbienne à Los Angeles, ce n’est pas la même chose que d’être lesbienne au fin fond de l’Utah. Mais, l’on sent, tout au long de la série, que la créatrice, Ilene Chaiken, est clairement consciente de ce problème.

Je ne peux que recommander cette série car, de mon côté, elle m’a permis de m’intéresser à la condition des femmes lesbiennes et de commencer à regarder quelques documentaires pour mieux comprendre comment celles-ci vivent au quotidien leur statut social particulier. Effectivement, j’avais l’impression que les lesbiennes étaient mieux acceptées que les homosexuels. Ce qui n’est pas le cas, car elles ont moins de visibilité sociale que les homos (par exemple, on rencontre de plus en plus de politiciens qui ne cachent pas leur homosexualité, par contre, qui connait une politicienne lesbienne ?) et elles ont souvent peur de subir une double discrimination.

En résumé, une série qui mêle rires et larmes, tout en vous secouant les méninges sur des thèmes essentiels, avec des actrices exceptionnelles.

thelword06_01

Publicités

8 réflexions sur “« The L Word », à voir ou à revoir !

  1. J’adorais cette série quand j’étais à la fac, mais bêtement je me suis arrêtée à la fin de la saison 3. Ton article me rafraîchit la mémoire et me donne envie de me replonger dans The L Word ! Merci 🙂

    1. Moi je m’y suis remise récemment (d’où le billet). J’avais vu quelques épisodes tard le soir sur la Télévision Suisse romande il y a très longtemps, j’avais trouvé ça sympa et puis je l’ai totalement oubliée…Mais je te conseille de regarder les saisons suivantes, juste pour le plaisir de détester Jenny Schecter, car plus les saisons avancent, plus elle est imbuvable…

  2. Très bon article 🙂

    Moi j’ai fais le chemin inverse, c’est-à-dire que je suis passée de The L word à Sex & the city.
    D’après d’ancien souvenirs de quand j’étais petite où très tard le soir il y avait une série sur Canal+ sur les lesbiennes, j’ai décidé de la retrouver en Janvier dernier pour enfin savoir de quoi parlait cette série dont je ne voyais que quelques scènes avant d’éteindre la télévision.
    Et là je me suis complètement prise à l’histoire, à ses personnages, et pareil, je me suis un peu plus renseignée sur justement « la vie d’une lesbienne aujourd’hui », I open my mind 🙂

    Et après avoir fini the L word je me suis dit qu’il était enfin temps de regarder La série à l’origine de toutes cette liberté d’expression concernant le sexe : Sex & the City.
    Beaucoup de similarité et de différences entre les 2, mais après les avoir regarder je me dis qu’il me reste encore pas mal de chemin avant d’être une femme « Libérée »…

  3. J’aimais beaucoup cette serie egalement! Je ne suis pas sure d’avoir tout vu jusqu’au bout mais comme tu le dis, on a pas besoin d’etre lesbienne pour la regarder. Elle s’adresse a tout le monde parce que les problemes de couples, ce n’est pas lie a l’homosexualite!

    1. Depuis que j’ai écrit cet article, y’a aussi eu de l’évolution en Suisse ! La mairesse de la ville de Zurich est la première femme à être à la tête de la ville, mais aussi la première personne homosexuelle !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s