La Couturière / Frances de Pontes Peebles

Découverte d’un très beau roman historique sur le destin de deux soeurs dans le Brésil des années 1920.

lacouturiere2
Brésil, années 1920, au fin fond de l’Etat du Pernambuco, dans l’aride caatinga. Luzia et Emilia, deux orphelines, sont élevées par leur tante qui leur apprend son métier: la couture. Dans le village de Taquaritinga, les deux jeunes filles ne meurent pas de faim, mais vivent une existence peu réjouissante. Emilia, calme et timide, ne peut se résoudre à épouser un des paysans de son village, alors qu’elle rêve des gentlemen de São Paulo qui peuplent ses magazines pour jeunes filles. De son côté, Luzia, forte tête, handicapée d’un bras, qui doit lutter au quotidien contre les moqueries dont elle est victime, se destine à être simplement la couturière du village. Mais c’est sans compter sur les péripéties que leur réserve le destin.

1

Estação Ecológica Federal
Paysage de la caatinga

Effectivement, Luzia va être «enlevée», par le Faucon, un célèbre guérillero nomade. Alors qu’Emilia aura l’occasion de conclure un mariage arrangeant avec un jeune homme de la bourgeoisie de Recife. Ainsi, l’on va suivre les aventures parallèles des deux soeurs: d’une part, le parcours de Luzia qui devient «La Couturière», une criminelle, une cangaceira, dont la tête est mise à prix, et d’autre part, le quotidien mélancolique d’Emilia qui devient une femme active et respectée de la bourgeoisie de Recife, mais qui souffre de la froideur de son mari et de sa belle-famille.

Le livre de Frances de Pontes Peebles est une fiction, mais se base sur des faits historiques réels. Le Brésil des années 1920 à 1930 vit sous le régime de la Vieille République, c’est-à-dire un régime pseudo-démocratique où le pouvoir local est confié à des colonels fidèles au gouvernement central. Ce système mène la plupart du temps à l’exploitation des petits paysans et c’est pourquoi des groupes de rebelles vont émerger: les cangaceiros, sorte de bandits sociaux et nomades qui vivent et se déplacent dans les régions désertiques du Nordeste.

bando-iii
Une bande de cangaceiros

A leurs débuts, ces derniers sont populaires auprès des habitants de la région, car ils les défendent contre les colonels et achètent à bon prix les récoltes des paysans. Cependant, les cangaceiros ne sont pas un groupe homogène et organisé, c’est pourquoi certaines bandes seront connues pour leur bonté comme d’autres pour leur cruauté.

Il n’y a quasiment que du positif à dire sur ce livre. L’histoire de ces deux jeunes femmes, qui essayent de trouver un moyen de s’émanciper de la vie qui leur est prédestinée, est vraiment passionnante. Le destin de Luzia reste le plus impressionnant, car, du fait de son statut de jeune femme pauvre et de surcroît handicapée, elle doit faire un choix de vie très extrême pour vivre libre, où en tout cas pour vivre une vie qu’elle a choisie. Le livre propose également une réflexion sur la justification des actes d’un groupe rebelle face à un Etat dictatorial: jusqu’où aller ? Peut-on tolérer d’avoir des victimes collatérales ? En plus, le livre m’a permis de découvrir un peu de l’histoire du Brésil, pays duquel je ne savais pas grand chose, à part la colonisation portugaise. Le seul reproche que l’on peut faire au récit, c’est que, vers le milieu de l’histoire, la narration perd un peu de son souffle et les tribulations de Luzia et des cangaceiros dans la caatinga paraissent un peu longues, mais c’est vraiment tout.

En résumé, un livre sur la condition des femmes dans le Brésil des années 1920, parfait pour les amateurs de romans avec une trame politico-historique.

«La Couturière» (titre original: The seamstress), Frances de Pontes Peebles, Editions Flammarion, 564 pages, 2009.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s